Michèle TILLARD, Lycée Montesquieu, 72000 LE MANS - 10/02/2015

Adapter à la mal-voyance Clavier virtuel Le Bailly en ligne Le Liddle Scott Le T L G

Buste de Théocrite

Théocrite, Idylle I : entretien entre Thyrsis et le chevrier

Au point où vous en êtes dans l’apprentissage de la version, vous pouvez à présent vous attaquer à de « vraies » version, destinées à des classes préparatoires littéraires, ou à des préparations d’agrégation. Vous en trouverez un certain nombre sur mon site, Philo-lettres, dans la « page de l’helléniste ».
Je vous propose de vous lancer dès à présent dans la version du mois de mai 2011 : l'entretien entre Thyrsus et un chevrier.
Elle peut vous sembler, au premier abord, assez difficile ; mais nous allons, comme d’habitude, affronter les difficultés les unes après les autres, en nous appuyant sur les outils déjà connus et sur le kit de survie.

Première étape 

Prenons connaissance du texte dans son ensemble.

Il s’agit de la première Idylle de Théocrite, le premier et le plus grand poète de la pastorale. Le berger Thyrsis est invité par un chevrier anonyme à entonner un chant, dont le sujet est la « passion de Daphnis » ; en échange, il lui offrira une belle coupe ciselée.
Daphnis a irrité Aphrodite en refusant l’amour ; elle lui a inspiré, avec l’aide d’Éros, une passion destructrice… La partie que nous avons à traduire est la description du vase qui tiendra lieu de récompense.

Le texte est en hexamètres dactyliques, comme toute l’œuvre de Théocrite.

ΘΥΡΣΙΣ
          Ἁδύ τι τὸ ψιθύρισμα καὶ ἁ πίτυς, αἰπόλε, τήνα
          ἁ ποτὶ ταῖς παγαῖσι μελίσδεται, ἁδὺ δὲ καὶ τύ
          συρίσδες· μετὰ Πᾶνα τὸ δεύτερον ἆθλον ἀποισῇ.
          ἴ κα τῆνος ἕλῃ κεραὸν τράγον, αἶγα τὺ λαψῇ·
    5     κα δ᾽ αἶγα λάβῃ τῆνος γέρας, ἐς τὲ καταρρεῖ
          ἁ χίμαρος· χιμάρῳ δὲ καλὸν κρέας, ἔστε κ᾽ ἀμέλξῃς.
ΑΙΠΟΛΟΣ
          Ἅδιον, ὦ ποιμήν, τὸ τεὸν μέλος ἢ τὸ καταχές
          τῆν᾽ ἀπὸ τᾶς πέτρας καταλείβεται ὑψόθεν ὕδωρ.
          Αἴ κα ταὶ Μοῖσαι τὰν οἴϊδα δῶρον ἄγωνται,
    10    ἄρνα τὺ σακίταν λαψῇ γέρας· αἰ δέ κ᾽ ἀρέσκῃ
          τήναις ἄρνα λαβεῖν, τὺ δὲ τὰν ὄϊν ὕστερον ἀξῇ.
ΘΥΡΣΙΣ.
          Λῇς ποτὶ τᾶν Νυμφᾶν, λῇς, αἰπόλε, τῆδε καθίξας,
          ὡς τὸ κάταντες τοῦτο γεώλοφον αἵ τε μυρῖκαι,
          συρίσδεν; Τὰς δ᾽ αἶγας ἐγὼν ἐν τῷδε νομευσῶ.
ΑΙΠΟΛΟΣ
    15    Οὐ θέμις, ὦ ποιμήν, τὸ μεσαμβρινὸν οὐ θέμις ἄμμιν
          συρίσδεν. Τὸν Πᾶνα δεδοίκαμες· ἦ γὰρ ἀπ᾽ ἄγρας
          τανίκα κεκμακὼς ἀμπαύεται· ἔστι δὲ πικρός,
          καὶ οἱ ἀεὶ δριμεῖα χολὰ ποτὶ ῥινὶ κάθηται.
          Ἀλλὰ τὺ γὰρ δή, Θύρσι, τὰ Δάφνιδος ἄλγε᾽ ἀείδες
    20    καὶ τᾶς βουκολικᾶς ἐπὶ τὸ πλέον ἵκεο μοίσας,
          δεῦρ᾽ ὑπὸ τὰν πτελέαν ἑσδώμεθα τῶ τε Πριήπω
          καὶ τᾶν Κραναιᾶν κατεναντίον, αἷπερ ὁ θῶκος
          τῆνος ὁ ποιμενικὸς καὶ ταὶ δρύες. Αἰ δὲ κ᾽ ἀείσῃς
          ὡς ὅκα τὸν Λιβύαθε ποτὶ Χρόμιν αἶσας ἐρίσδων,
    25    αἶγά τέ τοι δωσῶ διδυματόκον ἐς τρὶς ἀμέλξαι,
          ἃ δύ᾽ ἔχοισ᾽ ἐρίφως ποταμέλγεται ἐς δύο πέλλας,
          καὶ βαθὺ κισσύβιον κεκλυσμένον ἁδέϊ κηρῷ,
          ἀμφῶες, νεοτευχές, ἔτι γλυφάνοιο ποτόσδον.
          Τῶ ποτὶ μὲν χείλη μαρύεται ὑψόθι κισσός,
    30    κισσὸς ἑλιχρύσῳ κεκονιμένος· ἁ δὲ κατ᾽ αὐτόν
          καρπῷ ἕλιξ εἱλεῖται ἀγαλλομένα κροκόεντι.
          Ἔντοσθεν δὲ γυνά, τι θεῶν δαίδαλμα, τέτυκται,
          ἀσκητὰ πέπλῳ τε καὶ ἄμπυκι· πὰρ δέ οἱ ἄνδρες
          καλὸν ἐθειράζοντες ἀμοιβαδὶς ἄλλοθεν ἄλλος
    35    νεικείουσ᾽ ἐπέεσσι· τὰ δ᾽ οὐ φρενὸς ἅπτεται αὐτᾶς·
          ἀλλ᾽ ὁκὰ μὲν τῆνον ποτιδέρκεται ἄνδρα γέλαισα,
          ἄλλοκα δ᾽ αὖ ποτὶ τὸν ῥιπτεῖ νόον· οἵ δ᾽ ὑπ᾽ ἔρωτος
          δηθὰ κυλοιδιόωντες ἐτώσια μοχθίζοντι.
          Τοῖς δὲ μέτα γριπεύς τε γέρων πέτρα τε τέτυκται
    40    λεπράς, ἐφ᾽ αἷ σπεύδων μέγα δίκτυον ἐς βόλον ἕλκει
          ὁ πρέσβυς, κάμνοντι τὸ καρτερὸν ἀνδρὶ ἐοικώς·
          φαίης κα γυίων νιν ὅσον σθένος ἐλλοπιεύειν·
          ὧδέ οἱ ᾠδήκαντι κατ᾽ αὐχένα πάντοθεν ἶνες
          καὶ πολιῷ περ ἐόντι, τὸ δὲ σθένος ἄξιον ἥβας.
    45    Τυτθὸν δ᾽ ὅσσον ἄπωθεν ἁλιτρύτοιο γέροντος
          πυρναίαις σταφυλαῖσι καλὸν βέβριθεν ἀλωά,
          τὰν ὀλίγος τις κῶρος ἐφ᾽ αἱμασιαῖσι φυλάσσει
          ἥμενος· ἀμφὶ δέ νιν δύ᾽ ἀλωπεκες, ἁ μὲν ἀν᾽ ὄρχως
          φοιτῇ σινομένα τὰν τρώξιμον, ἁ δ᾽ ἐπὶ πήραι
    50    πάντα δόλον τεύχοισα τὸ παιδίον οὐ πρὶν ἀνησεῖν
          φατὶ πρὶν ἢ ἀκράτιστον ἐπὶ ξηροῖσι καθίξῃ·
          αὐτὰρ ὅγ᾽ ἀνθερίκοισι καλὰν πλέκει ἀκριδοθήραν
          σχοίνῳ ἐφαρμόσδων· μέλεται δέ οἱ οὔτε τι πήρας
          οὔτε φυτῶν τοσσῆνον, ὅσον περὶ πλέγματι γαθεῖ.
    55    Παντᾷ δ᾽ ἀμφὶ δέπας περιπέπταται ὑγρὸς ἄκανθος.
          Αἰολικὸν θάημα· τέρας κέ τυ θυμὸν ἀτύξαι.
          Τῶ μὲν ἐγὼ πορθμῆϊ Καλυδνίῳ αἶγά τ᾽ ἔδωκα
          ὦνον καὶ τυρόεντα μέγαν λευκοῖο γάλακτος·
          οὐδέ τί πω ποτὶ χεῖλος ἐμὸν θίγεν, ἀλλ᾽ ἔτι κεῖται
    60    ἄχραντον. Τῷ κά τυ μάλα πρόφρων ἀρεσαίμαν,
          αἴ κά μοι τύ, φίλος, τὸν ἐφίμερον ὕμνον ἀείσῃς.
          Κοὔτι τυ κερτομέω. Πόταγ᾽, ὠγαθέ· τὰν γὰρ ἀοιδάν
          οὔ τί πᾳ εἰς Ἀΐδαν γε τὸν ἐκλελάθοντα φυλαξεῖς.

Traduction des vers 1-28 :

THYRSIS. Chevrier, le pin qui ombrage cette source fait entendre un doux frémissement, et toi, tu tires de ta flûte des sons enchanteurs. Tu ne le cèdes qu'à Pan. Si ce dieu accepte un bouc haut encorné, tu recevras une chèvre, mais s'il désire la chèvre, tu auras le chevreau : la chair du chevreau, nouvellement sevré, est exquise.

LE CHEVRIER. Ô berger ! ton chant est plus doux que le murmure de la source qui coule du haut de ce rocher. Si les Muses obtiennent une brebis, toi, tu recevras l'agneau encore renfermé dans la bergerie. Si cependant elles préfèrent l'agneau, tu obtiendras la brebis.

THYRSIS. Au nom des Nymphes, veux-tu, chevrier, veux-tu venir t'asseoir sur le penchant de cette colline, au milieu des bruyères, et jouer de ta flûte ? Pendant ce temps-là je surveillerai tes chèvres.

LE CHEVRIER. Berger, je ne le puis. Déjà il est midi, et à midi il n'est pas permis de jouer de la flûte : c'est l'heure que Pan, fatigué de la chasse, a choisie pour se reposer. Ce dieu est cruel, la colère siège continuellement sur son front ; aussi, je le crains beaucoup. Mais toi, THYRSIS, tu connais les malheurs de Daphnis, et tu excelles dans le chant bucolique. Allons nous asseoir sous cet ormeau, en face de la statue de Priape et de ces sources limpides ou sur ce banc de gazon à l'ombre des chênes. Si tu chantes comme tu le fis naguère lorsque tu vainquis le Lydien Chromis, je te laisserai traire trois fois cette chèvre qui nourrit deux jumeaux et remplit encore deux vases de son lait ; et je te donnerai aussi une coupe profonde enduite de cire odoriférante : elle est garnie de deux anses et sort à peine des mains du sculpteur.

Vous devez traduire la partie en gras, du vers 29 à la fin : la description de la coupe.

Nous avons affaire à une ecphrasis : les verbes seront donc majoritairement au présent, et il faudra être attentif à la construction de la description. Par ailleurs, il est possible de rencontrer quelques formes dialectales doriennes.

Deuxième étape : analyse et traduction du texte.

Vers 29-31

           Τῶ ποτὶ μὲν χείλη μαρύεται ὑψόθι κισσός,
          κισσὸς ἑλιχρύσῳ κεκονιμένος· δὲ κατ᾽ αὐτόν
          καρπῷ ἕλιξ εἱλεῖται ἀγαλλομένα κροκόεντι.

Le poète commence par décrire le haut du vase, orné de lierre et d'hélichryse (une fleur jaune d'or)

Vers 32-38

          Ἔντοσθεν δὲ γυνά, τι θεῶν δαίδαλμα, τέτυκται,
          ἀσκητὰ πέπλῳ τε καὶ ἄμπυκι· πὰρ δέ οἱ ἄνδρες
          καλὸν ἐθειράζοντες ἀμοιβαδὶς ἄλλοθεν ἄλλος
          νεικείουσἐπέεσσι· τὰ δ᾽ οὐ φρενὸς ἅπτεται αὐτᾶς·
          ἀλλ᾽ ὁκὰ μὲν τῆνον ποτιδέρκεται ἄνδρα γέλαισα,
          ἄλλοκα δ᾽ αὖ ποτὶ τὸν ῥιπτεῖ νόον· οἵ δ᾽ ὑπ᾽ ἔρωτος
          δηθὰ κυλοιδιόωντες ἐτώσια μοχθίζοντι.

Théocrite décrit ici une première scène, au présent, opposant une femme et plusieurs hommes. Celle-ci se trouve à l’intérieur du vase (ἔντοσθεν).

Vers 39-44

          Τοῖς δὲ μέτα γριπεύς τε γέρων πέτρα τε τέτυκται
          λεπράς, ἐφ᾽ αἷ σπεύδων μέγα δίκτυον ἐς βόλον ἕλκει
           ὁ πρέσβυς, κάμνοντι τὸ καρτερὸν ἀνδρὶ ἐοικώς·
          φαίης κα γυίων νιν ὅσον σθένος ἐλλοπιεύειν·
          ὧδέ οἱ ᾠδήκαντι κατ᾽ αὐχένα πάντοθεν ἶνες
          καὶ πολιῷ περ ἐόντι, τὸ δὲ σθένος ἄξιον ἥβας.

Voici maintenant une nouvelle scène, sans grand rapport avec la première : le lien n'est constitué que par le connecteur temporel τοῖς δὲ μέτα ("après cela, après quoi") ; on remarquera l'accent de μέτα, qui indique que la préposition est ici postposée.

Vers 45-54

          Τυτθὸν δ᾽ ὅσσον ἄπωθεν ἁλιτρύτοιο γέροντος
          πυρναίαις σταφυλαῖσι καλὸν βέβριθεν ἀλωά,
          τὰν ὀλίγος τις κῶρος ἐφ᾽ αἱμασιαῖσι φυλάσσει
          ἥμενος· ἀμφὶ δέ νιν δύ᾽ ἀλωπεκες, ἁ μὲν ἀν᾽ ὄρχως
          φοιτῇ σινομένα τὰν τρώξιμον, ἁ δ᾽ ἐπὶ πήραι
          πάντα δόλον τεύχοισα τὸ παιδίον οὐ πρὶν ἀνησεῖν
          φατὶ πρὶν ἢ ἀκράτιστον ἐπὶ ξηροῖσι καθίξῃ·
          αὐτὰρ ὅγ᾽ ἀνθερίκοισι καλὰν πλέκει ἀκριδοθήραν
          σχοίνῳ ἐφαρμόσδων· μέλεται δέ οἱ οὔτε τι πήρας
          οὔτε φυτῶν τοσσῆνον, ὅσον περὶ πλέγματι γαθεῖ.

Troisième scène : à nouveau Théocrite veille à la transition, grâce au vers 45 : "non loin du vieillard qui pêche"... On remarquera l'équilibre : après une scène très minérale et à un seul personnage, on retrouve un tableau floral (vigne, asphodèle...), à plusieurs acteurs : un enfant, deux renards.

Vers 55-60

          Παντᾷ δ᾽ ἀμφὶ δέπας περιπέπταται ὑγρὸς ἄκανθος.
          Αἰολικὸν θάημα· τέρας κέ τυ θυμὸν ἀτύξαι.
          Τῶ μὲν ἐγὼ πορθμῆϊ Καλυδνίῳ αἶγά τ᾽ ἔδωκα
          ὦνον καὶ τυρόεντα μέγαν λευκοῖο γάλακτος·
          οὐδέ τί πω ποτὶ χεῖλος ἐμὸν θίγεν, ἀλλ᾽ ἔτι κεῖται
          ἄχραντον.

Après cette triple scène (la femme, le vieillard, l'enfant), on retrouve une vue générale du vase, qui nous rappelle que nous avons bien affaire à une ecphrasis. Le chevrier vante ici la perfection du vase.

Vers 60-63

                     Τῷ κά τυ μάλα πρόφρων ἀρεσαίμαν,
          αἴ κά μοι τύ, φίλος, τὸν ἐφίμερον ὕμνον ἀείσῃς.
          Κοὔτι τυ κερτομέω. Πόταγ᾽, ὠγαθέ· τὰν γὰρ ἀοιδάν
          οὔ τί πᾳ εἰς Ἀΐδαν γε τὸν ἐκλελάθοντα φυλαξεῖς.

Enfin, voici les derniers vers, ultime invitation au chant.