Adapter à la mal-voyance Clavier virtuel Lexique Le Bailly Le Liddle Scott Le T L G Eulexis

Michèle TILLARD, Lycée Montesquieu, 72000 LE MANS - 27/10/2015

Des outils vous accompagnent dans ce cours :

  1. un bouton permettant de grossir le texte (pour les malvoyants) ;
  2. un bouton vers le clavier de Laurent Robin permettant d'écrire en grec ; celui-ci est accompagné d'explications que l'on peut faire apparaître en cliquant sur le petit bouton à gauche ;
  3. trois boutons contenant les dictionnaires les plus communément utilisés : le Bailly en ligne, le Liddle Scott (en anglais), et le Thesaurus Linguae Graecae (TLG), également en anglais.
  4. Eulexis enfin est un outil qui vous offre, d'une part, un accès aisé à trois dictionnaires, dont le Bailly, et d'autre part vous permet de lemmatiser les termes grecs.

À présent, vous allez pouvoir commencer à effectuer des repérages dans de vrais textes philosophiques, découvrir quelques notions de lexicographie, tout en continuant à apprendre des notions élémentaires de langue grecque. BONNE DÉCOUVERTE !

Justice et pouvoir, d'après un extrait du Livre I de la République de Platon

Allégorie de la Justice, par Canova (XIXème siècle)

Platon, La République, Livre I, 338b – 339c. impression

Thrasymaque est intervenu brutalement dans la discussion à propos de la justice ; il affirme que celle-ci se confond avec l'intérêt du plus fort. Mais, dans une cité, le plus fort c'est le gouvernement...

– Εἶτ' οὐκ οἶσθ', ἔφη, ὅτι τῶν πόλεων αἱ μὲν τυραννοῦνται, αἱ δὲ δημοκρατοῦνται, αἱ δὲ ἀριστοκρατοῦνται ;
– Πῶς γὰρ οὔ ;
– Οὐκοῦν τοῦτο κρατεῖ ἐν ἑκάστῃ πόλει, τὸ ἄρχον ;
– Πάνυ γε. (338e)
– Τίθεται δέ γε τοὺς νόμους ἑκάστη ἡ ἀρχὴ πρὸς τὸ αὑτῇ συμφέρον, δημοκρατία μὲν δημοκρατικούς, τυραννὶς δὲ τυραννικούς, καὶ αἱ ἄλλαι οὕτως· θέμεναι δὲ ἀπέφηναν τοῦτο δίκαιον τοῖς ἀρχομένοις εἶναι, τὸ σφίσι συμφέρον, καὶ τὸν τούτου ἐκβαίνοντα κολάζουσιν ὡς παρανομοῦντά τε καὶ ἀδικοῦντα. Τοῦτ' οὖν ἐστιν, ὦ βέλτιστε, ὃ λέγω [339] ἐν ἁπάσαις (339a) ταῖς πόλεσιν ταὐτὸν εἶναι δίκαιον, τὸ τῆς καθεστηκυίας ἀρχῆς συμφέρον· αὕτη δέ που κρατεῖ, ὥστε συμβαίνει τῷ ὀρθῶς λογιζομένῳ πανταχοῦ εἶναι τὸ αὐτὸ δίκαιον, τὸ τοῦ κρείττονος συμφέρον.
– Νῦν, ἦν δ' ἐγώ, ἔμαθον ὃ λέγεις· εἰ δὲ ἀληθὲς ἢ μή, πειράσομαι μαθεῖν. Τὸ συμφέρον μὲν οὖν, ὦ Θρασύμαχε, καὶ σὺ ἀπεκρίνω δίκαιον εἶναι – καίτοι ἔμοιγε ἀπηγόρευες ὅπως μὴ τοῦτο ἀποκρινοίμην – πρόσεστιν δὲ δὴ αὐτόθι τὸ “τοῦ κρείττονος.” (339b)
Σμικρά γε ἴσως, ἔφη, προσθήκη.
– Οὔπω δῆλον οὐδ' εἰ μεγάλη· ἀλλ' ὅτι μὲν τοῦτο σκεπτέον εἰ ἀληθῆ λέγεις, δῆλον. Ἐπειδὴ γὰρ συμφέρον γέ τι εἶναι καὶ ἐγὼ ὁμολογῶ τὸ δίκαιον, σὺ δὲ προστιθεῖς καὶ αὐτὸ φῂς εἶναι τὸ τοῦ κρείττονος, ἐγὼ δὲ ἀγνοῶ, σκεπτέον δή.
– Σκόπει, ἔφη.
– Ταῦτ' ἔσται, ἦν δ' ἐγώ. Καί μοι εἰπέ· οὐ καὶ πείθεσθαι μέντοι τοῖς ἄρχουσιν δίκαιον φῂς εἶναι ;
– Ἔγωγε. (339c)
– Πότερον δὲ ἀναμάρτητοί εἰσιν οἱ ἄρχοντες ἐν ταῖς πόλεσιν ἑκάσταις ἢ οἷοί τι καὶ ἁμαρτεῖν ;
– Πάντως που, ἔφη, οἷοί τι καὶ ἁμαρτεῖν.
– Οὐκοῦν ἐπιχειροῦντες νόμους τιθέναι τοὺς μὲν ὀρθῶς τιθέασιν, τοὺς δέ τινας οὐκ ὀρθῶς ;
– Οἶμαι ἔγωγε.
– Τὸ δὲ ὀρθῶς ἆρα τὸ τὰ συμφέροντά ἐστι τίθεσθαι ἑαυτοῖς, τὸ δὲ μὴ ὀρθῶς ἀσύμφορα ; ἢ πῶς λέγεις ;
– Οὕτως.
– Ἃ δ' ἂν θῶνται ποιητέον τοῖς ἀρχομένοις, καὶ τοῦτό ἐστι τὸ δίκαιον ;
– Πῶς γὰρ οὔ ;

Traduction : Tu ne sais donc pas, dit-il, que parmi les cités, les unes vivent sous la tyrannie, d'autres en démocratie, d'autres sous une aristocratie ?
– comment ne le saurais-je pas ?
– Et donc, ce qui détient le pouvoir dans la cité, c'est le gouvernement ? – Tout à fait. – Chaque gouvernement instaure les lois dans son propre intérêt, la démocratie des lois démocratiques, la tyrannie des lois tyranniques, et les autres de même ; elles déclarent qu'il est utile aux gouvernés d'instaurer ce qui est avantageux pour elles, et elles punissent celui qui le transgresse comme hors-la-loi et coupable. Voilà ce que, mon très cher, je dis, que dans toutes les cités c'est la même chose qui est juste, ce qui est utile au pouvoir en place ; elle commande de telle sorte que pour celui qui raisonne droitement, il se trouve que partout, ce qui est utile au plus fort est le juste même.
– À présent, dis-je, j'ai compris ce que tu dis ; si c'est vrai ou non, je vais essayer de le comprendre. L'utile, donc, Thrasymaque, toi aussi tu réponds que c'est le juste – et tu m'as interdit de répondre cela – mais tu y ajoutes "ce qui est utile au plus fort".
– petit ajout, peut-être, dit-il.
– Il n'est pas encore évident que c'en soit un grand ; mais il est évident qu'il faut observer si tu dis vrai. En effet moi aussi je suis d'accord que le juste est quelque chose d'utile, mais toi tu ajoutes que c'est l'utile au plus fort, moi je l'ignore, et il faut l'examiner.
– Examine donc, dit-il
– Ce sera fait, dis-je. Et dis-moi : n'affirmes-tu pas qu'il est juste d'obéir aux dirigeants ?
– Sûr !
– Les dirigeants sont-ils infaillibles dans toutes les cités, ou peuvent-ils se tromper ?
– Absolument, dit-il, ils peuvent se tromper.
– Donc, en entreprenant d'établir des lois, ils en font de bonnes et de mauvaises ?
– Je le pense.
– Donc les bonnes lois sont celles qui leur sont utiles, les mauvaises celles qui ne leur sont pas utiles ? Ou comment le définis-tu ?
– C'est cela.
– Mais les gouvernés doivent faire ce qu'ils ont décidé, et c'est cela la justice ?
– Comment n'en serait-il pas ainsi ?

Vous devez avoir reconnu...

Vocabulaire connu

Exercice 1

Que signifient les mots τοὺς νόμους, δίκαιον, εἶναι, λέγω ?

le corrigé de l'exercice 1

Les déclinaisons

Exercice 2

Le texte de Platon comporte de nombreux noms et adjectifs appartenant à la déclinaison thématique (en -ος, -ον) : τὸ ἄρχον, τοὺς νόμους, τοῖς ἀρχομένοις, τὸ συμφέρον, ὦ βέλτιστε, τῷ ὀρθῶς λογιζομένῳ, ὦ Θρασύμαχε, ἀναμάρτητοί. À quel cas sont-ils ?

Même exercice pour les noms et adjectifs de la première déclinaison : ἑκάστη ἡ ἀρχὴ, δημοκρατία, αἱ ἄλλαι, τῆς καθεστηκυίας ἀρχῆς, σμικρά... προσθήκη.

le corrigé de l'exercice 2

Les verbes

Exercice 3

Analysez les formes verbales suivantes : τυραννοῦνται, δημοκρατοῦνται, ἀριστοκρατοῦνται, κρατεῖ, ἐστιν, λέγω, συμβαίνει, λέγεις, ὁμολογῶ, εἰσιν

le corrigé de l'exercice 3

Étude lexicale 1 : Un peu de politique.

Nous allons en découvrir le champ lexical de la vie politique. Nous l'avons surligné en jaune dans le texte.

La πόλις, la cité

Ce mot πόλις est essentiel pour les Grecs : il désigne la "cité", c'est-à-dire la vie sociale par excellence, organisée et structurée, où l'homme est pleinement humain.

Ce mot a donné naissance à l'adjectif πολιτικός, "de la cité", "politique".

Le mot πόλις est présent plusieurs fois dans le texte, à différents cas : τῶν πόλεων, ἐν ἑκάστῃ πόλει, ἐν ἁπάσαις ταῖς πόλεσιν,

Exercice 4

En vous appuyant sur des indices (articles, prépositions...) essayez de déterminer à quels cas correspondent les formes relevées.

le corrigé de l'exercice 4

Le pouvoir

Le verbe κρατέω -ῶ

Fondé sur une racine signifiant la force, le verbe κρατέω -ῶ (un verbe contracte en -έω -ῶ que vous avez appris à conjuguer fiche 5) signifie "se rendre maître de", puis "diriger, gouverner, détenir le pouvoir"

Ce verbe figure deux fois dans le texte ; il est révélateur de la conception – peu démocratique ! – que Thrasymaque a du pouvoir !

Sur la même racine, on trouve dans le texte τοῦ κρείττονος, génitif de κρείττων, qui est un comparatif (irrégulier) de ἀγαθός ; κρείττων désigne donc celui qui est meilleur par la force, qui est plus fort.

Le verbe ἄρχω

On le trouve sous plusieurs formes dans ce texte :

Les différentes formes de pouvoir

Le lexique politique grec est directement aux origines des mots français, et Platon ici en fait la démonstration. Il mentionne successivement trois types de gouvernement : la démocratie, la tyrannie, l'aristocratie.

Pour désigner chacun de ces régimes, le grec dispose d'un nom, d'un adjectif et d'un verbe.

NomAdjectifverbe
Démocratieδημοκρατίαδημοκρατικόςδημοκρατοῦμαι
Tyrannieτυραννὶςτυραννικόςτυραννοῦμαι
Aristocratieἀριστοκρατία ἀριστοκρατικόςἀριστοκρατοῦμαι

Plusieurs remarques :

Exercices

Exercice 5

Trouvez plusieurs mots formés sur la racine de ἄρχω, sur le modèle de "mon-archie" (le pouvoir d'un seul)

Même exercice sur la racine de κρατέῶ

Même exercice sur la racine de πόλις

le corrigé de l'exercice 5

Étude lexicale 2 : justice et vérité

La justice

Vous connaissez déjà, depuis la leçon 3, l'adjectif δίκαιος, si important dans la pensée de Platon. On trouve ici, à plusieurs reprise, le neutre substantivé τὸ δίκαιον, "le juste". Vous remarquerez ici le verbe ἀδικέω-ῶ, formé avec le préfixe privatif ἀ (que l'on trouve en français dans amoral, averbal, amorphe... Ce verbe signifie "être injuste", "mal agir", "être coupable".

L'utile

Voilà un concept dont le lien avec la justice n'est pas évident ! Mais pour Platon, le Bien, le Juste sont essentiellement "avantageux" pour l'homme, pour son âme ; d'où la présence continuelle du mot τὸ συμφέρον, l'utile, l'avantageux :

Thrasymaque et Socrate sont d'accord sur un point : le juste, c'est ce qui est utile. Mais utile à qui, à quoi ? Tel est le débat...

Justesse et vérité.

Le juste, pour Platon, est un savoir ; on peut donc s'attendre à trouver mention de la vérité, et d'une pensée juste. On remarquera qu'en français, le même mot, "juste", désigne la justesse, qui relève de la pensée, et la justice, qui appartient à la morale.

Vous avez déjà rencontré, dans la leçon 5, le mot ἀλήθεια, "vérité" : Ὑμεῖς δέ μου ἀκούσεσθε πᾶσαν τὴν ἀλήθειαν : Quant à vous, vous entendrez de moi toute la vérité.

Vous trouverez ici l'adjectif ἀληθὲς (ici au neutre singulier), et ἀληθῆ (neutre pluriel).

Du côté de la justesse, nous trouverons l'adverbe ὀρθῶς (de manière droite, correcte), qui en français a donné le radical ortho : orthodontie, orthographe... ; l'expression τῷ ὀρθῶς λογιζομένῳ signifie "pour celui qui raisonne de manière correcte".

Enfin, du côté de l'erreur, nous trouvons la racine ἁμαρτ- :

Exercice 6

Vous pouvez à présent traduire de petites phrases :

  1. Ἡ δημοκρατική πόλις τίθεται (instaure) δικαίους νόμους.
  2. Ἐν ταῖς πόλεσι τὸ ἄρχον κρατεῖ.
  3. Οἱ ἄρχοντες οὐκ ἀεὶ δίκαιοί εἰσιν.
  4. Τῷ ὀρθῶς λογιζομένῳ τὸ δίκαιόν ἐστι συμφέρον.
  5. La vertu des gouvernants est d'instaurer (τιθεσθαι) de bonnes lois.
le corrigé de l'exercice 6

Un peu de nouveau : la déclinaison des thèmes en -ι

Les thèmes en -ι comportent des noms, le plus souvent féminins, plus rarement masculins, et jamais neutres.

Ils se caractérisent de plusieurs manières :

SingulierPluriel
Nom.
Voc.
Acc.
Gén.
Dat.
ἡ πόλις
πόλι
τὴν πόλιν
τῆς πόλεως
τῇ πόλει
αἱ πόλεις
πόλεις
τὰς πόλεις
τῶν πόλεων
ταῖς πόλεσι(ν)

C'est une déclinaison extrêmement productive, car c'est sur ce modèle que se déclinent les noms féminins en -σις, -σεως qui désignent des noms d'action. Vous connaissez déjà λέξις, εως (* λέγ-σις) vu leçon 5 ; en philosophie, vous avez peut-être déjà rencontré la praxis (πράξις), l'action.

Exercice 7

Sur le modèle de πόλις, déclinez ἡ λέξις et ἡ πράξις

le corrigé de l'exercice 7

Le participe présent, actif et médio-passif

Le participe présent actif du verbe λέγω

Le participe présent est une forme nominale du verbe, correspondant à la forme française en -ant : chantant, aimant... En grec, il se comporte comme un adjectif, et par conséquent il s'accorde en genre, nombre et cas avec le nom auquel il se rapporte.

Comme un adjectif, il peut être substantivé au moyen d'un article ; comme en français "le passant" est un participe présent substantivé.

Le participe présent masculinLe participe présent fémininLe participe présent neutre
SingulierΛέγων
Λέγοντα
Λέγοντος
Λέγοντι
Λέγουσα
Λέγουσαν
λεγούσης
λεγούσῃ
Λέγον
Λέγον
Λέγοντος
Λέγοντι
PlurielΛέγοντες
Λέγοντας
Λεγόντων
Λέγουσι(ν)
Λέγουσαι
Λέγουσας
λεγούσων
λεγούσαις
Λέγοντα
Λέγοντα
Λεγόντων
Λέγουσι(ν)

Verbes contractes en έω-ῶ

φιλέω-ῶ
φιλέων > φιλῶν, -οῦντος
φιλέουσα > φιλοῦσα, -σης
φιλέον > φιλοῦν, -οῦντος

le verbe être

Le participe présent masculinLe participe présent fémininLe participe présent neutre
Singulierὤν
ὄντα
ὄντος
ὄντι
οὖσα
οὖσαν
οὔσης
οὔσῃ
ὄν
ὄν
ὄντος
ὄντι
Plurielὄντες
ὄντας
ὄντων
οὖσι(ν)
οὖσαι
οὖσας
οὔσων
οὔσαις
ὄντα
ὄντα
ὄντων
οὖσι(ν)

le participe présent médio-passif

Au médio-passif, le participe présent se forme avec le suffixe -μενος, -μένη, -μενον .

,
λύομαι φιλέομαι-οῦμαι
λυόμενος, ου
λυομένη, ης
λυόμενον, ου
φιλούμενος, ου
φιλουμένη, ης
φιλούμενον, ου

Exercice 8

Les participes présents, substantivés ou non, ont été mis en gras dans le texte : relevez-les et analysez-les.

le corrigé de l'exercice 8

Un peu de vocabulaire - Fiche n° 7 impression

Noms

Noms féminins

ἡ ἀρχή, ῆςle commandement, le pouvoir

ἡ δημοκρατία, αςla démocratie

ἡ πόλις, εωςla cité

ἡ τυραννίς, -ίδοςla tyrannie

Adjectifs

ἀληθής, ής, ές vrai

ἀναμάρτητος, -ος, -ονinfaillible

ἀσύμφορος, ος, ονinutile

δημοκρατικός, ή, όν démocratique

κρείττων, ων, ονplus fort, meilleur (comparatif de ἀγαθός)

τυραννικός, -ή, -όνtyrannique

Verbes

ἀδικέω-ῶêtre injuste, être coupable

ἁμαρτάνω se tromper, commettre une faute

ἀριστοκρατέομαι-οῦμαιvivre en aristocratie

ἄρχωcommander, commencer

δημοκρατέομαι-οῦμαιvivre en démocratie

ἐκβαίνωmarcher hors de, transgresser (+ génitif)

κρατέω-ῶêtre fort, se rendre maître de, avoir le pouvoir

λογίζομαιraisonner, réfléchir

τυραννέομαι-οῦμαιvivre en tyrannie

Adverbes

ὀρθῶςdroitement, correctement

Pour faciliter l'apprentissage on peut classer ("la fiche n° 7") .comme ('en thème') ou bien classer ("la fiche n° 7") .comme ('en version').