Jean RACINE (1639-1699)

 

Chronologie (1650-1700) Biographie Bibliographie
Andromaque Britannicus Bérénice
Phèdre Racine et l'esprit de son temps La dramaturgie de Racine dans Britannicus et Bérénice.

BIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

Sur le XVIIème siècle :

Sur Racine :


RACINE ET L'ESPRIT DE SON TEMPS

"La tragédie de Racine peut être considérée comme la rencontre d'un genre littéraire traditionnellement nourri de sublime avec un nouvel esprit naturaliste délibérément hostile à l'idée de sublime". (Paul Bénichou, Morales du grand siècle, p. 175).

LES DEUX PREMIÈRES TRAGÉDIES :

La Thébaïde et Alexandre ne se distinguent guère des tragédies cornéliennes : frères ennemis se disputant un trône, oncle criminel préférant ce même trône aux sentiments paternels, reine intraitable préférant pour son amant la gloire à la vie... Tous les ingrédients de la tragédie fondée sur la gloire et la morale aristocratique sont encore présents.

LA RÉVOLUTION D'ANDROMAQUE (1667) :


LA DRAMATURGIE DE RACINE DANS BRITANNICUS ET BÉRÉNICE.

LES PERSONNAGES :

L'exposition :

Quand l'exposition occupe un acte entier, comme c'est le cas dans ces deux tragédies, elle utilise tous les types possibles : dialogue entre un héros et son confident (Agrippine / Albine ; Antiochus / Arsace), entre deux personnages (Agrippine / Burrhus, Antiochus / Bérénice)...

Dans les deux cas, elle est complète : dans Britannicus nous découvrons la rivalité amoureuse de Néron et de Britannicus, sur fond de rivalité politique, et le conflit latent entre Agrippine et son fils ; dans Bérénice, dès la fin de l'acte I, nous savons l'amour malheureux d'Antiochus pour Bérénice, les illusions de celle-ci concernant son mariage avec Titus ; l'infidélité de celui-ci nous est suggéré (v. 151-162), comme les menaces venues de Rome (v. 292-296).

LE NŒUD : LES OBSTACLES ET LES PÉRIPÉTIES

LES UNITÉS D'ACTION, DE PÉRIL, D'INTÉRÊT

LES UNITÉS DE TEMPS ET DE LIEU

Elles ont mis du temps à s'imposer ; mais elles sont parfaitement respectées dans les années 1669-70.

LE DÉNOUEMENT

LES CONDITIONS DE LA REPRÉSENTATION


LA RÉCEPTION DU THÉÂTRE DE RACINE

Pour cet aspect, voir Jean Rohou, Jean Racine, bilan critique, Armand Colin, collection "128", Paris, 2005, 128 p.

AU DIX-SEPTIÈME SIÈCLE :

On le trouve "touchant", "émouvant", voire même "galant", par opposition à Corneille ; on lui reproche parfois quelque irrégularité - ce qui nous apparaît aujourd'hui comme des trouvailles langagières - et l'on s'intéresse aux couples et aux histoires d'amour : Britannicus et Junie émeuvent et plaisent plus que Néron n'intéresse. Le tragique, en revanche, passe inaperçu.

AU DIX-HUITIÈME SIÈCLE :

L'enthousiasme est général ; il apparaît comme très supérieur à Corneille.

AU DIX-NEUVIÈME SIÈCLE :

AU VINGTIÈME SIÈCLE :

RACINE AU THÉÂTRE

Dès son Alexandre, créé pourtant par Molière, Racine trahit la diction naturelle de celui-ci pour la diction ronflante (mais plus tragique) de l'Hôtel de Bourgogne.

Par la suite, il y aura débat entre un jeu sobre (la Clairon, Rachel, Sarah Bernhardt) ou excessif et violent (Mounet-Sully, Talma).

Au dix-neuvième siècle, introduction du metteur en scène. Comment jouer Racine ? En costume du 17ème siècle, comme au temps de Louis XIV ?  Mais ce qui était alors actuel est exotique aujourd'hui ; dans des costumes grecs ou romains de convention ? Ou faut-il transposer à l'époque contemporaine ? Racine donnera lieu à des interprétations souvent inventives, et parfois ridicules.

Racine à la Comédie Française : nombre de représentations(extrait de J. Rohou, op. cit.)

  1680-1700 18ème siècle 19ème siècle 20ème siècle
Andromaque 116 296 447 626
Britannicus 86 289 337 546
Bérénice 54 78 24 394
Phèdre 121 424 442 463

On constate qu'Andromaque, passée en tête dès le 18ème siècle, conserve cette suprématie de nos jours ; en revanche, Britannicus prend le pas sur Phèdre, tandis que Bérénice reste en retrait. La vente des "petits classiques" confirme ce classement pour Andromaque (plus du tiers des ventes), mais Britannicus(20 %) repasse après Phèdre (25 %), tandis que Bérénice plafonne entre 5 et 8 %.