Rabelais, Gargantua

étude du Gargantua


Biographie de Rabelais et contexte historique de la composition du Gargantua

Biographie de Rabelais :

François Rabelais naît vers 1483 (d'autres avancent la date de 1494) dans le domaine de la Devinière près de Chinon. Il devient moine sans vraie vocation : en 1511 il entre dans l'ordre des Franciscains, et en 1520 il se trouve à l'abbaye de Fontenay-le-Comte, en Vendée ; il y constitue un petit cercle d'érudits locaux, qui lisent les textes anciens, et en particulier grecs, et correspondent avec Guillaume Budé. En 1523, la Sorbonne interdit l'étude du grec ; le groupe de Fontenay-le-Comte se disperse, et Rabelais entre dans l'ordre des Bénédictins de Maillezais. A partir de 1527, il parcourt plusieurs universités, en particulier celle de Montpellier, où il étudie la médecine. Il devient alors un médecin réputé, exerce à l'hôtel-dieu de Lyon et publie des traités médicaux grecs et latins.

En 1532, il publie sous le pseudonyme d'Alcofribas Nasier (en réalité l'anagramme de son nom) un récit intitulé Pantagruel, roi des Dipsodes, qui raconte les aventures d'une famille de géants. Ce livre fut dès sa sortie censuré par la Sorbonne ; Rabelais part alors à Rome, accompagnant le cardinal Jean du Bellay, parent du poète Joachim du Bellay.

En 1534, de retour d'Italie, il publie la Vie très horrificque du grand Gargantua, père de Pantagruel.  L'ambiance a changé à la cour de France : en 1534, des affiches ou "placards" contre la messe sont collées partout dans Paris, et jusque sur la porte de la chambre du Roi, à Blois ; François Ier, jusque là plutôt favorable aux évangélistes, change d'avis et se rapproche de la Sorbonne. Les évangélistes sont inquiétés, malgré la protection de Marguerite de Navarre ; Gargantua est à son tour condamné, et Rabelais doit alors mener une vie errante, exerçant la médecine et effectuant de nombreux voyages en Italie.

En 1546, Rabelais publie le Tiers Livre. Rabelais doit alors fuir à Metz. Jean du Bellay l'emmène à nouveau à Rome, puis lui procure une cure à Meudon.

En 1552, paraît le Quart Livre, récit de voyage de Pantagruel et Panurge, partis consulter l'oracle de la Dive bouteille. Si Gargantua était une Iliade, le Quart Livre est une Odyssée burlesque.

Rabelais meurt en 1553, mais en 1562-64 paraît un Cinquième Livre, dont l'authenticité est discutée.

Michel Ragon, dans le Roman de Rabelais (Éditions Albin Michel, 1993), donne une image romancée mais intéressante des dernières années de Rabelais.

 

Le contexte historique :

François Rabelais, né sous Charles VIII (couronné en 1483, mort en 1498), vécut sous Louis XII (régnant de 1498 à 1515), François Ier (1515-1547) et Henri II (1547-1559). Il est donc représentatif de la première Renaissance, qui va des campagnes d'Italie au début des guerres de religion.

Le XVIème siècle commence en 1515. Il continue l'humanisme du Moyen-Âge, mais celui-ci est méprisé jusqu'au Notre-Dame de Paris de Victor Hugo qui le réhabilite. Ex : Louis XIV fait détruire l'abbaye de Port-Royal (XIIème s.) Même Rousseau, qui découvre l'intérêt du plain-chant grégorien, considère Notre-Dame comme "un de ces monuments qui subsistent pour la honte de ceux qui ont eu la patience de les faire."

Les débuts de la Renaissance : le quatrocento italien, Filippo Lippi ; la prise de Constantinople par les Turcs (1453) provoque l'exil des intellectuels byzantins. Les Guerres d'Italie (pour prendre le duché de Milan aux Sforza) mettent les barons français au contact de la vie artistique italienne.

On redécouvre, par l'intermédiaire de ces intellectuels byzantins et italiens, le véritable platonisme et les auteurs grecs. Le Moyen-Âge avait connu Aristote et les Idéaux, mais non plus comme idéal, mais comme forme vide : la scholastique était dans une impasse.

On redécouvre la beauté du monde, le bonheur terrestre, pour l'humanité entière. La vie de cour est brillante, autour de François 1er et de sa sœur, Marguerite de Navarre.

L'idéal de "l'honnête homme" : avoir des lumières de tout.

 

Il s'agit aussi de bâtir une culture nationale, à partir du fonds gréco-latin. C'est l'époque où se forment les grands Etats : à l'individualisme des nations correspond celui des hommes. 

Cette Renaissance n'était pas la première : le Moyen-Age en avait connu deux :

- Au IXème siècle : Renaissance carolingienne. Charlemagne avait des rapports avec Ravenne et Byzance. Conquête méthodique de l'héritage gréco-latin : nous lui devons la plupart des manuscrits latins.

- Aux XIIème-XIIIème siècles : avec la croisade des Albigeois, les Barons du Nord sont au contact avec la civilisation provençale, notamment leur poésie. Dante a failli écrire en provençal ! Les Troubadours, l'Amour Courtois, l'Amour de Loin, le culte marial ont leur apogée au XIIIème siècle.

 

La Renaissance du XVIème siècle n'est plus sous le signe du Christianisme. Aucun des hommes du XVIème siècle ne le rejette, mais il y a fusion entre la culture antique et la culture chrétienne : Michel-Ange dessine le Christ sous les traits d'Hercule à la Chapelle Sixtine ; Ronsard parle de l'Héraklès chrétien ; on trouve les signes du zodiaque sur les cathédrales.

 

Les textes : naissance de l'imprimerie (vers 1440) ; effort immense de Guillaume BUDÉ, d'ÉRASME pour la philologie et l'établissement des textes.

Érasme lance le grand mouvement de l'évangélisme : foi rattachée à la personne de Jésus ; réexamen des textes mêmes de l'Évangile, ce qui aboutira à la Réforme.

 

Grandes découvertes, nouvelle mobilité des échanges, naissance, dans les grandes places commerciales, du capitalisme. Les épices se vendaient au Rialto, à Venise ; en 1497, Vasco de Gamma passe le Cap de Bonne-Espérance, et crée un monopole portugais des épices (ayant au passage colonisé le Mozambique).

1492 : découverte de l'Amérique ; l'Espagne et le Portugal se partagent le Monde. On exploite les mines d'or d'Amérique du Sud : le numéraire, jusque là rare, devient surabondant, ce qui provoque hausse des prix... et essor des banques : cf. Fugger. Ronsard écrit un Hymne de l'Or. 

L'Eglise et Luther fulminent contre les banquiers ; Calvin, au contraire, est favorable au capitalisme. L'Évangélisme est contesté par la Réforme.

La Renaissance s'achève dans un bain de sang, avec les guerres de religion. 24 août 1572 : Saint-Barthélémy (voir le film La Reine Margot)

Les grands noms de la Renaissance :