Joachim Du Bellay (1522-1560)

1522 : Naissance près de Liré, en Anjou. Orphelin, il pense recourir à la carrière des armes, puis à celle du droit, pour suivre son cousin le Cardinal Jean Du Bellay, dont Rabelais fut le médecin.

1545 : Études de droit à Poitiers : il apprend le latin, rencontre Peletier du Mans et Ronsard.

1547 : Mort de François Ier ; Henri II lui succède. Du Bellay suit Ronsard au collège de Coqueret, dont Dorat est le Principal : étude du grec et du latin.

1549 : L'Olive (sonnets pétrarquisants) ; Défense et Illustration de la langue française.

1550-52 : il tombe malade et est atteint de surdité. En 1551, son frère aîné meurt ; Joachim Du Bellay devient alors le tuteur de son neveu ; il hérite en même temps de tracasseries juridiques, notamment concernant une propriété à Oudon, que son frère aurait acquise frauduleusement, et qui lui vaudra un procès avec Montmorency.

1553-1557 : Séjour à Rome, auprès du cardinal Jean du Bellay, dont il est l'intendant. Ennui, déception, mal du pays. Il voit se succéder trois papes : Jules III, qui après quelques déboires diplomatiques, se livre à ses passions et meurt en 1555, Marcel II, pape réformateur, mais qui meurt, probablement empoisonné, trois semaines après son élection, et enfin le rigide et brutal Paul IV, âgé de 79 ans, qui rétablit l'inquisition, interdit l'œuvre d'Érasme, multiplie les arrestations, et relance la guerre. Du Bellay, après la disgrâce du Cardinal Du Bellay et le désastre de Saint-Quentin (10 août 1557), rentre en France.

1558 : de retour en France, il publie les œuvres écrites en Italie :

1559 : règne de François II : Ample discours au Roi sur le fait des quatre états du Royaume en France. Du Bellay connaît des problèmes de santé, et d'argent.

1er janvier 1560 : il meurt d'apoplexie, à l'âge de 37 ans.

Pour une biographie plus détaillée, lire ici.

Bibliographie :