HORACE, Odes, Épodes, Chant séculaire

Biographie d'Horace

Odes, livre I

I, 11

Odes, livre II

II, 3

II, 10

Odes, Livre III

III, 3

Odes, Livre IV

Chant Séculaire

Épodes

Épîtres et Satires

Odes, I, 11

Tu ne quaesieris (scire nefas) quem mihi, quem tibi
Finem di dederant, Leuconoe, nec Babylonios
Temptaris numeros. Ut melius quicquid erit pati!
Seu pluris hiemes seu tribuit Juppiter ultimam,
Quae nunc oppositis debilitat pumicibus mare
Tyrrhenum, sapias, vina liques et spatio brevi
spem longam reseces. Dum loquimur, fugerit invida
aetas : carpe diem, quam minimum credula postero.

Ne recherche point, toi - il est sacrilege de le savoir - Quelle fin, Leuconoe, les Dieux ont marquée pour moi,marquée pour toi, et n'interroge pas les calculs babyloniens. Comme il vaut mieux subir tout ce qui pourra être ! que Jupiter t'accorde plus d'un hiver, ou que celui-ci soit le dernier, qui, maintenant, brise la mer Tyrrhénienne contre l'obstacle des falaises rongées, sois sage, filtre tes vins, et, puisque nous durons peu, retranche les longs espoirs. Pendant que nous parlons, voilà que le temps jaloux a fui : cueille le jour, sans te fier le moins du monde au lendemain.

Traduction Villeneuve, 1976

VOCABULAIRE :

SCANSION :

 Grand Asclépiade ou Asclépiade majeur :

_ _ ‘ _ uu _ “ _ uu _ “ _ uu _ ‘ u u _

SAGESSE ÉPICURIENNE, Odes, II, 3.

Aequam memento rebus in arduis
seruare mentem, non secus in bonis
ab insolenti temperatam
laetitia, moriture Delli,

seu maestus omni tempore uixeris
seu te in remoto gramine per dies
festos reclinatum bearis
interiore nota Falerni.
Quo pinus ingens albaque populus

umbram hospitalem consociare amant
ramis? Quid obliquo laborat
lympha fugax trepidare riuo?
Huc uina et unguenta et nimium breuis
flores amoenae ferre iube rosae,

dum res et aetas et Sororum
fila trium patiuntur atra.
Cedes coemptis saltibus et domo
uillaque, flauus quam Tiberis lauit,
cedes, et exstructis in altum

diuitiis potietur heres.
Diuesne prisco natus ab Inacho
nil interest an pauper et infima
de gente sub diuo moreris,
uictima nil miserantis Orci;

omnes eodem cogimur, omnium
uersatur urna serius ocius
sors exitura et nos in aeternum
exilium impositura cumbae.

Souviens-toi de conserver une âme égale dans les situations ardues et non moins éloignée, dans la prospérité, d'une joie insolente, Dellius, toi qui dois mourir,

Que tu aies vécu, en tout temps, affligé, ou que, couché sur un gazon à l'écart, les jours de fête, tu te réjouisses d'une marque réservée de Falerne.

Pourquoi le pin immense et le blanc peuplier aiment-ils associer leur ombre hospitalière ? Pourquoi l'onde fugitive fait-elle effort pour bondir dans le ruisseau sinueux ?

Ordonne d'apporter ici les vins et les parfums, et les fleurs trop brèves de l'aimable rosier, tant que ta situation, ton âge et les fils noirs des trois Sœurs1 le permettent.

Tu quitteras les pâturages réunis par tes achats, ta maison de ville et ta villa que baigne le Tibre blond, tu les quitteras, et tes richesses accumulées si haut, c'est un héritier qui en sera le maître.

Riche, descendant de l'antique Inachos2, ou pauvre et de toute petite extraction, peu importe, on s'attarde sous le ciel, victime promise à Orcus3 sans pitié.

Tous nous sommes poussés en même lieu, notre sort à tous est agité dans l'urne, destiné à en sortir tôt ou tard, et il nous fera monter dans la barque4 pour un éternel exil.

  1. Les trois sœurs : les Parques, qui décidaient de la vie et de la mort des hommes.
  2. Inachos, fils de l'Océan et de Téthys et père d'Io, fut le premier roi d'Argos.
  3. Orcus : nom italique de Pluton, dieu des Enfers.
  4. La barque de Charon, qui emmène les âmes des morts aux Enfers, en leur faisant passer le fleuve Achéron.

UNE PHILOSOPHIE DE LA VIE (Odes, II, 10)

Rectius uiues, Licini, neque altum
semper urgendo neque, dum procellas
cautus horrescis, nimium premendo
litus iniquom.

Auream quisquis mediocritatem
diligit, tutus caret obsoleti
sordibus tecti, caret inuidenda
sobrius aula.

Saepius uentis agitatur ingens
pinus et celsae grauiore casu
decidunt turres feriuntque summos
fulgura montis.

Sperat infestis, metuit secundis
alteram sortem bene praeparatum
pectus. Informis hiemes reducit
Iuppiter, idem

summouet. Non, si male nunc, et olim
sic erit: quondam cithara tacentem
suscitat Musam neque semper arcum
tendit Apollo.

Rebus angustis animosus atque
fortis appare; sapienter idem
contrahes uento nimium secundo
turgida uela.

Tu vivras de manière assez droite, Licinius, si tu ne pousses pas toujours vers le large, et si, alors que trop prudent tu as horreur des tempêtes, tu serres de trop près le rivage peu sûr.

Quiconque choisit la médiocrité précieuse, bien protégé, sera exempt des misères d'un toit délabré, et sobre, sera exempt d'un palais objet d'envie.

Le pin immense est plus souvent agité par les vents, et les tours élevées tombent d'une chute plus lourde, et les éclairs frappent les sommets des monts.

Un cœur bien préparé espère dans les malheurs, et craint dans la prospérité le retournement du sort. Jupiter ramène les monstrueux hivers, et c'est lui aussi

qui les chasse. Si le présent est mauvais, il n'en sera pas ainsi plus tard : parfois sur sa cithare, Apollon réveille la Muse silencieuse, et ne tend pas toujours son arc.

Dans les difficultés, montre-toi courageux et énergique ; et de même, sagement, tu réduiras tes voiles gonflées par un vent trop favorable.

ODES, Livre III

Ode III, 3

Strophe alcaïque

Iustum et tenacem propositi uirum
non ciuium ardor praua iubentium,
non uoltus instantis tyranni
mente quatit solida neque Auster,

dux inquieti turbidus Hadriae,
nec fulminantis magna manus Iouis:
si fractus inlabatur orbis,
inpauidum ferient ruinae.

Hac arte Pollux et uagus Hercules
enisus arces attigit igneas,
quos inter Augustus recumbens
purpureo bibet ore nectar;

hac te merentem, Bacche pater, tuae
uexere tigres indocili iugum
collo trahentes; hac Quirinus
Martis equis Acheronta fugit,

gratum elocuta consiliantibus
Ionone diuis: "Ilion, Ilion
fatalis incestusque iudex
et mulier peregrina uertit

in puluerem, ex quo destituit deos
mercede pacta Laomedon, mihi
castaeque damnatum Mineruae
cum populo et duce fraudulento.

Iam nec Lacaenae splendet adulterae
famosus hospes nec Priami domus
periura pugnaces Achiuos
Hectoreis opibus refringit

nostrisque ductum seditionibus
bellum resedit. Protinus et grauis
iras et inuisum nepotem,
Troica quem peperit sacerdos,

Marti redonabo ; illum ego lucidas
inire sedes, discere nectaris
sucos et adscribi quietis
ordinibus patiar deorum.

Dum longus inter saeuiat Ilion
Romamque pontus, qualibet exules
in parte regnato beati;
dum Priami Paridisque busto

insultet armentum et catulos ferae
celent inultae, stet Capitolium
fulgens triumphatisque possit
Roma ferox dare iura Medis.

Horrenda late nomen in ultimas
extendat oras, qua medius liquor
secernit Europen ab Afro,
qua tumidus rigat arua Nilus;

aurum inrepertum et sic melius situm,
cum terra celat, spernere fortior
quam cogere humanos in usus
omne sacrum rapiente dextra,

quicumque mundo terminus obstitit,
hunc tanget armis, uisere gestiens,
qua parte debacchentur ignes,
qua nebulae pluuiique rores.

Sed bellicosis fata Quiritibus
hac lege dico, ne nimium pii
rebusque fidentes auitae
tecta uelint reparare Troiae.

Troiae renascens alite lugubri
fortuna tristi clade iterabitur,
ducente uictrices cateruas
coniuge me Iouis et sorore.

Ter si resurgat murus aeneus
auctore Phoebo, ter pereat meis
excisus Argiuis, ter uxor
capta uirum puerosque ploret."

Non hoc iocosae conueniet lyrae;
quo, Musa, tendis? Desine peruicax
referre sermones deorum et
magna modis tenuare paruis.

L'homme juste et ferme en sa resolution, ni la fureur des citoyens ordonnant le mal, ni le visage d'un tyran menaçant ne l'ébranlent en son âme solide, ni l'Auster,

chef turbulent de l'Adriatique sans repos, ni le bras puissant de Jupiter fulminant : si le monde fracassé s'écroule, ses ruines le frapperont, sans l'effrayer.

C'est par cette qualité que Pollux et l'errant Hercule ont atteint les hauteurs enflammées, et parmi eux, Auguste étendu boira de sa bouche empourprée le nectar ;

C'est par elle, vénérable Bacchus, que tu as mérité que tes tigres te transportent, tirant leur joug par leur col indocile ; c'est par elle que Quirinus a fui l'Achéron sur les chevaux de Mars,

quand Junon eut prononcé ce discours agréable aux dieux en conseil : «Ilion, Ilion, l'arbitre fatal et impur et la femme étrangère t'ont changée

en poussière, depuis que Laomédon a privé les dieux d'un salaire convenu, livrée à moi et à la chaste Minerve, avec son peuple et son chef déloyaux.

Désormais l'hôte fameux de la Laconienne adultère n'éblouit plus, et la maison parjure de Priam ne repousse plus les pugnaces Achéens par le secours d'Hector,

et la guerre conduite par nos séditions s'est calmée. Dès lors, mes lourdes colères et le petit-fils odieux qu'a enfanté la prêtresse troyenne

j'en ferai don à Mars ; je souffrirai que l'enfant entre dans les demeures lumineuses, apprenne les saveurs du nectar et soit inscrit dans les rangs paisibles des dieux.

Pourvu qu'une longue mer fasse rage entre Ilion et Rome, que les exilés soient heureux par un règne, où que ce soit ; pouvu que sur le bûcher de Priam et de Paris

bondisse le bétail et que les bêtes sauvages impunies y cachent leurs chatons, que le Capitole se dresse resplendissant et que la farouche Rome puisse donner triompher des Mèdes et leur donner des lois.

Portant largement la terreur, qu'elle étende son nom aux derniers confins, là où l'eau sépare l'Europe de l'Afrique, là où le Nil gonflé arrose les champs ;

plus courageuse à mépriser l'or non trouvé et ainsi laissé à sa meilleure place, quand la terre le cache, qu'à contraindre pour l'usage humain tout ce qui est sacré, d'une main rapace,

quelque terme qui a fait obstacle au monde, elle le touchera de ses armes, brûlant de voir dans quelle partie se déchaînent les feux, dans laquelle les nuages et les bruines.

Ainsi je dis par cette loi les sorts pour les Quirites belliqueux, pourvu que trop pieux et confiants en leur fortune ils ne veuillent réparer les toits de leur aïeule Troie.

La fortune renaissante de Troie sous des présages funestes recommencera en un triste désastre, tandis que je conduirais les bataillons victorieux, moi l'épouse et la soeur de Jupiter.

Si trois fois un mur de bronze ressurgissait par l'œuvre de Phœbus, trois fois il périrait brisé par mes Argiens, trois fois l'épouse prisonnière pleurerait son mari et ses enfants

Mais cela ne conviendra pas à une lyre plaisante ; où vas-tu, Muse ? Cesse obstinée, de rapporter les discours des dieux et de réduire de grands sujets à de petits rythmes.

Explications :

Strophe I : ardor est masculin ; praua ne peut donc s'y rapporter ; c'est un neutre pluriel, COD de iubentium.

Strophe II : ferient = future de ferio, is, ire, frapper (et non de fero, fers, ferre)

Strophes III et IV : hac arte… hac… hac… forment un rythme ternaire, marqué par l'anaphore : “c'est par cette qualité… c'est par elle… par elle…” ; quos inter : postposition de “inter” ; quos renvoie à Pollux et Bacchus.

Strophe V : gratum elocuta consiliantibus /Iunone diuis : Junon ayant prononcé devant les dieux en conseil ce discours agréable (ablatif absolu) ; fatalis incestusque iudex : allusion au “jugement de Pâris”, qui avait élu Aphrodite reine de beauté parmi les déesses, plongeant Junon et Athéna dans la consternation et la colère. “mulier peregrina” est évidemment Hélène ! Vertit peut être au present ou au parfait, mais la présence de “destituit” fait pencher pour un parfait.

Strophe VI : Laomedon destituit deos mercede pacta : Laomédon priva les dieux d'un salaire convenu. Le père de Priam avait fait construire les murailles de Troie en se faisant aider par Apollon et Poseidon ; puis il refusa de les payer. Poseidon lui envoya alors un monstre pour le châtier ; il appella à l'aide Héraklès, en lui promettant des chevaux divins ; mais une fois sauvé, il se parjura à nouveau. Héraklès leva une troupe, détruisit Troie, et tua Laomédon et tous ses fils, à l'exception de Priam.
“damnatum” renvoie à Ilion (neutre) ; mihi castaeque Mineruae : les deux déesses unies dans la colère !

Strophe VII : Lacaenae adulterae (encore une fois Hélène) est au génitif, complément de hospes (= Pâris, ou son père Priam)

Strophe VIII : il fallait lire “grauis… iras” : protinus redonabo : désormais je ferai grâce / grauis iras et inuisum nepotem : de mes lourds ressentiments et de ma haine pour mon petit-fils (mot à mot : de mon petit-fils haï)/Marti : à Mars. Le petit-fils est Romulus, fils de la Vestale Ilia et de Mars, fils de Junon.

Strophe X-XI : dum + subjonctif = “pourvu que” (cf. l'exemple-type : oderint dum metuant) ; dum Priami Paridisque busto / insultet armentum et catulos ferae celent inultae : pourvu que sur le bûcher de Priam et de Pâris (en poésie, pas de préposition dans le compl. de lieu) les troupeaux bondissent et que les bêtes sauvages y cachent impunément (mot à mot : impunies) leurs petits (mot à mot : leurs chatons).

Strophe XIII : plus courageuse à mépriser (fortior spernere) l'or non trouvé (aurum inrepertum) et ainsi à sa meilleure place (et sic melius situm) : condamnation du luxe et de la richesse, un leit-motiv de la morale “vieux-Romain”

Strophe XIV : tanget est un futur ; Junon est ici prophétesse ; qua parte…  qua… : nouveau parallélisme, et interrogative indirecte au subj. présent : “brûlant de voir (gestiens uisere) dans quelle partie se déchainent les feux, et dans laquelle les nuages et les bruines.

Strophe XV : “mais je dis ces destins pour les belliqueux Quirites, à cette condition que… (hac lege ne…)

Strophe XVI : Troiae renascens alite lugubri fortuna… “la fortune de Troie renaissant sous des auspices funestes” (mot à mot : sous un oiseau funeste ; on se souvient qu'à Rome, le vol des oiseaux était l'un des moyens privilégiés de prendre les auspices ; voir la légende de Romulus. “Coniuge me Iouis et sorore… ducente” sous ma conduite, moi qui suis épouse et sœur de Jupiter”. Junon-Héra, comme Jupiter-Zeus, était fille de Chronos (Saturne).

Strophe XVII : Ter si resurgat… ter pereat : Si elle ressurgissait trois fois, trois fois elle périrait… (subj. présent, système conditionnel potentiel)

Strophe XVIII : “modis paruis” désigne advantage la métrique que les procédés. Le rythme propre de l'épopée, c'est l'hexamètre dactylique. Or ici, Horace utilise la strophe alcaïque, c'est-à-dire un mètre propre aux “petites pièces” de la poésie lyrique..

Commentaire :

Cette Ode de 73 vers – 18 quatrains – est très longue, et surtout multiple.

-          Strophes  I-IV : morale traditionnelle des vieux Romains : “iustus”, “tenax”, “solida mente”, “impauidus”... et références antiques et mythologiques : Pollux, Hercule, Bacchus, Quirinus... et parmi eux Auguste, le futur dieu. Éloquence : rythme ternaire “hac arte... hac... hac...” ==> par cet intermédiaire, passage à l'Histoire.

-          Strophes V-XVII : long discours de Junon, en forme de prosopopée. Junon est hostile à Troie, et à Énée : il s'agit d'expliquer comment elle s'est ralliée à Rome. C'est en même temps, dans un discours composé, une méditation sur le destin de Rome :

1.       Troie est définitivement écrasée (V-VII) : la vengeance contre Laomédon est accomplie, la victoire de Junon est complète.

2.       Le pardon est donc possible (VIII-IX)

3.       Rome peut donc acquérir toute sa puissance (XI-XIV)... pourvu qu'elle ne fasse pas revivre Troie (X)

4.       Malédiction si Troie devait revivre (XV-XVII)

Foi dans la grandeur de Rome, affirmation des valeurs anciennes (courage, frugalité – cf. strophe XIII), affirmation surtout d'un destin occidental : Troie ne revivra pas, et le centre de l'Empire, c'est l'Italie.

-          Une strophe de conclusion, où le poète s'adresse à sa Muse, en toute (fausse) modestie...

-          La strophe alcaïque :

U  _| U _ | _ ||_UU_UU : alcaïque

U  _| U _ | _ ||_UU_UU

               U  _| U _ | _ || _ U _  U  : 9 syllabes

               _UU _UU _U _ U U : 10 syllabes