Jules César, La Guerre des Gaules (extraits)

Jules César – géographie de la Gaule

Gallis est omnis diuisa in partes tres, quarum unam incolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur. Hi omnes lingua, institutis, legibus inter se differunt. Gallos ab Aquitanis Garumna flumen, a Belgis Matrona et Sequana diuidit. Horum omnium fortissimi sunt Belgae, propterea quod a cultu atque humanitate Provinciae longissime absunt minimeque ad eos mercatores saepe commeant atque ea quae ad effeminandos animos pertinent important, proximique sunt Germanis, qui trans Rhenum incolunt, quibuscum continenter bellum gerunt. Qua de causa Heluetii quoque reliquos Gallos uirtute praecedunt, quod fere cotidianis proeliis cum Germanis contendunt, cum aut suis finibus eos prohibent, aut ipsi in eorum finibus bellum gerunt. Eorum[1] una pars, quam Gallos obtinere dictum est, initium capit a flumine Rhodano, continetur Garumna flumine, Oceano, finibus Belgarum, attingit etiam ab Sequanis et Heluetiis flumen Rhenum, uergit ad septentriones. Belgae ab extremis Galliae finibus oriuntur, pertinent ad inferiorem partem fluminis Rheni, spectant in septentrionem et orientem solem. Aquitania a Garumna flumine ad Pyraneos montes et eam partem Oceani quae est ad Hispaniam pertinet ; spectat inter occasum solis et septentriones.

César, La Guerre des gaules


[1] Eorum = Galliae

 

Jules César – L’enseignement des druides

Disciplina in Britannia reperta atque inde in Galliam translata esse existimatur, et nunc qui diligentius eam rem cognoscere uolunt plerumque illo discendi causa proficiscuntur.
Druides a bello abesse consuerunt neque tributa una cum reliquis pendunt, militiae uacationem omniumque rerum habent immunitatem. Tantis excitati praemiis, et sua sponte multi in disciplinam conueniunt et a parentibus propinquisque mittuntur. Magnum ibi numerum uersuum ediscere dicuntur. Itaque annos nonnulli XX[1] in disciplina permanent. // Neque fas esse existimant ea litteris mandare, cum in reliquis fere rebus, publicis priuatisque rationibus, Graecis litteris utantur. Id mihi duabus de causis instituisse uidentur, quod neque in uulgum disciplinam efferri uelint, neque eos qui discunt, litteris confisos, minus memoriae studere ; quod fere plerisque accidit, ut praesidio litterarum diligentiam in perdiscendo ac memoriam remittant. // Imprimis hoc uolunt persuadere, non interire animas, sed ab aliis post mortem transire ad alios, atque hoc maxime ad uirtutem excitare putant, metu mortis neglecto. Multa praeterea de sideribus atque eorum motu, de mundi ac terrarum magnitudine, de rerum natura, de deorum immortalium ui ac potestate disputant et iuuentuti tradunt.

César, La Guerre des Gaules, VI, 13-14

On croit que leur doctrine a pris naissance dans la Bretagne, et qu'elle fut de là transportée dans la Gaule ; et aujourd'hui ceux qui veulent en avoir une connaissance plus approfondie vont ordinairement dans cette île pour s'y instruire.
Les druides ne vont point à la guerre et ne paient aucun des tributs imposés aux autres Gaulois; ils sont exempts du service militaire et de toute espèce de charges. Séduits par de si grands privilèges, beaucoup de Gaulois viennent auprès d'eux de leur propre mouvement, ou y sont envoyés par leurs parents et leurs proches. Là, dit-on, ils apprennent un grand nombre de vers, et il en est qui passent vingt années dans cet apprentissage. Il n'est pas permis de confier ces vers à l'écriture, tandis que, dans la plupart des autres affaires publiques et privées, ils se servent des lettres grecques. Il y a, ce me semble, deux raisons de cet usage: l'une est d'empêcher que leur science ne se répande dans le vulgaire; et l'autre, que leurs disciples, se reposant sur l'écriture, ne négligent leur mémoire; car il arrive presque toujours que le secours des livres fait que l'on s'applique moins à apprendre par coeur et à exercer sa mémoire. Une croyance qu'ils cherchent surtout à établir, c'est que les âmes ne périssent point, et qu'après la mort, elles passent d'un corps dans un autre, croyance qui leur paraît singulièrement propre à inspirer le courage, en éloignant la crainte de la mort. Le mouvement des astres, l'immensité de l'univers, la grandeur de la terre, la nature des choses, la force et le pouvoir des dieux immortels, tels sont en outre les sujets de leurs discussions: ils les transmettent à la jeunesse.


[1] = uiginti


Débarquement en Grande-Bretagne (55 av. J-C)

XXIII (1) His constitutis rebus nactus idoneam ad navigandum tempestatem tertia fere vigilia naves solvit equitesque in ulteriorem portum progredi et naves conscendere et se sequi iussit. (2) A quibus cum paulo tardius esset administratum, ipse hora diei circiter quarta cum primis navibus Britanniam attigit atque ibi in omnibus collibus expositas hostium copias armatas conspexit. (3) Cuius loci haec erat natura atque ita montibus angustis mare continebatur, uti ex locis superioribus in litus telum adigi posset. (4) Hunc ad egrediendum nequaquam idoneum locum arbitratus, dum reliquae naves eo convenirent, ad horam nonam in ancoris exspectavit. (5) Interim legatis tribunisque militum convocatis, et quae ex Voluseno cognovisset et quae fieri vellet ostendit monuitque, uti rei militaris ratio maximeque ut maritimae res postularent, ut, quam celerem atque instabilem motum haberent, ad nutum et ad tempus omnes res ab iis administrarentur. (6) His dimissis et ventum et aestum uno tempore nactus secundum dato signo et sublatis ancoris circiter milia passuum septem ab eo loco progressus, aperto ac plano litore naves constituit.
XXIV (1) At barbari consilio Romanorum cognito, praemisso equitatu et essedariis, quo plerumque genere in proeliis uti consuerunt, reliquis copiis subsecuti nostros navibus egredi prohibebant. (2) erat ob has causas summa difficultas, quod naves propter magnitudinem nisi in alto constitui non poterant, militibus autem ignotis locis, impeditis manibus, magno et gravi onere armorum pressis simul et de navibus desiliendum et in fluctibus consistendum et cum hostibus erat pugnandum, (3) cum illi aut ex arido aut paulum in aquam progressi omnibus membris expeditis, notissimis locis audacter tela conicerent et equos insuefactos incitarent. (4) Quibus rebus nostri perterriti atque huius omnino generis pugnae imperiti non eadem alacritate ac studio, quo in pedestribus uti proeliis consuerant, utebantur.
XXV (1) Quod ubi Caesar animadvertit, naves longas, quarum et species erat barbaris inusitatior et motus ad usum expeditior, paulum removeri ab onerariis navibus et remis incitari et ad latus apertum hostium constitui atque inde fundis, sagittis, tormentis hostes propelli ac submoveri iussit. quae res magno usui nostris fuit. (2) nam et navium figura et remorum motu et inusitato genere tormentorum permoti barbari constiterunt ac paulum modo pedem rettulerunt. (3) at nostris militibus cunctantibus maxime propter altitudinem maris, qui decimae legionis aquilam ferebat, obtestatus deos ut ea res legioni feliciter eveniret, 'desilite' inquit 'commilitones, nisi vultis aquilam hostibus prodere; ego certe meum rei publicae atque imperatori officium praestitero.' (4) hoc cum voce magna dixisset, se ex navi proiecit atque in hostes aquilam ferre coepit. (5) tum nostri cohortati inter se, ne tantum dedecus admitteretur, universi ex navi desiluerunt. (6) hos item ex proximis navibus cum conspexissent, subsecuti hostibus adpropinquaverunt.
XXVI (1) Pugnatum est ab utrisque acriter. nostri tamen, quod neque ordines servare neque firmiter insistere neque signa subsequi poterant atque alius alia ex navi quibuscumque signis occurrerat se adgregabat, magnopere perturbabantur. (2) hostes vero notis omnibus vadis, ubi ex litore aliquos singulares ex navi egredientes conspexerant, (3) incitatis equis impeditos adoriebantur, plures paucos circumsistebant, alii ab latere aperto in universos tela coniciebant. (4) quod cum animadvertisset Caesar, scaphas longarum navium, item speculatoria navigia militibus compleri iussit, et quos laborantes conspexerat, his subsidia submittebat. (5) nostri simul in arido constiterunt, suis omnibus consecutis in hostes impetum fecerunt atque eos in fugam dederunt, neque longius prosequi potuerunt, quod equites cursum tenere atque insulam capere non potuerant. hoc unum ad pristinam fortunam Caesari defuit.

César, La Guerre des Gaules, Livre IV.

XXIII - Ces mesures prises, profitant d'un temps favorable à la navigation, il leva l'ancre aux alentours de la 3ème veille. Il ordonna aux cavaliers de gagner l'autre port, de s'y embarquer, et de le suivre. Comme ceux-ci avaient procédé un peu trop lentement, il toucha la Bretagne avec ses premiers navires à la la 4ème heure du jour environ, et là, il vit, sur toutes les collines, les troupes des ennemis en armes. La nature du lieu était telle, et la mer était si enfermée entre des monts étroits, qu'on pouvait des hauteurs lancer des traits sur le rivage. Ayant jugé le lieu tout à fait impropre à un débarquement, il attendit à l'ancre jusqu'à la neuvième heure l'arrivée des autres navires. Pendant ce temps, ayant convoqué ses légats et les tribuns militaires, il leur montra ce qu'il avait appris de Volusenius, et ce qu'il voulait faire, et les avertit, conformément à l'art militaire, et surtout selon ce qu'exigent les actions maritimes, parce qu'elles ont un mouvement rapide et changeant, au signal et au moment voulu, de prendre toutes les mesures. Les ayant renvoyés, il profita d'une marée et d'un vent d'un même coup favorables, et, le signal donné, ayant levé l'ancre, il échoua ses navires à sept mille pas de là environ sur une plage unie et découverte.
XXIV - Mais les Barbares, ayant eu vent de l'intention des Romains, envoyèrent en avant leur cavalerie et ces chars dont ils ont coutume de se servir dans les combats, et les suivirent avec le reste de leurs troupes pour s'opposer à notre débarquement. Plusieurs circonstances rendaient très difficile la descente : nos bateaux, à cause de leur taille, ne pouvaient s'arrêter qu'en pleine mer ; nos soldats, ignorant la nature des lieux, les mains embarrassées, chargés du poids considérable de leurs armes, devaient à la fois sauter des navires, lutter contre les vagues, et se battre avec l'ennemi ; tandis que celui-ci, luttant à pied sec ou s'avançant très peu dans l'eau, tout à fait libre de ses mouvements, connaissant parfaitement les lieux, lançait ses traits hardiment et poussait contre nous ses chevaux habitués à la mer. Nos soldats, terrifiés par la situation et du reste peu faits à ce genre de combat n'avaient pas la même ardeur et le même allant qu'habituellement dans les combats terrestres.
XXV - Lorsque César s'en aperçut,il fit un peu éloigner ses navires de guerre, dont l'aspect était plus inhabituel pour les Barbares, et qui étaient plus faciles à manœuvrer, des navires de transport, il leur ordonna de faire force de rames et de se placer du côté droit de l'ennemi, et de là, de repousser et refouler les ennemis avec les frondes, les flèches, les balistes ; cette tactique fut d'une grande utilité pour les nôtres. En effet, troublés par la forme des navires, le mouvement des rames et le genre inhabituel des machines, les Barbares s'arrêtèrent et reculèrent un peu. Et tandis que nos soldats hésitaient, surtout à cause de la profondeur de la mer, celui qui portait l'aigle de la 10ème légion, ayant invoqué les dieux pour que son initiative soit favorable à sa légion : "sautez à la mer, dit-il, soldats, si vous ne voulez pas livrer l'aigle aux ennemis : moi assurément j'aurai fait mon devoir envers l'État et le général !" Ayant dit ces mots d'une voix forte, il se jeta hors du navire et commença à porter l'aigle contre les ennemis. Alors les nötres, s'exhortant entre eux à ne pas admettre un tel déshonneur sautèrent tous du navire. Ceux des navires voisins, les ayant vus, marchèrent à leur suite contre l'ennemi.
XXVI - On combattit violemment des deux côtés. Cependant, les nôtres, ne pouvant ni garder leurs rangs, ni se maintenir ferme sur une position, ni suivre leurs enseignes, et que chacun sortant d'un navire différent se rangeaient sous les enseignes qui se trouvaient là, la confusion régnait ; quant aux ennemis, connaissant tous les bas-fonds, lorsqu'ils avaient vu des soldats isolés sortir d'un navire, poussaient leurs chevaux et les attaquaient, alors qu'ils étaient dans l'embarras ; ils cernaient de petits groupes avec des troupes plus nombreuses, d'autres, prenant l'armée sur son flanc droit, les accablaient tous de leurs traits. Ayant observé cela, César ordonna de remplir de soldats les chaloupes des navires de guerre et les bateaux de reconnaissance, et ceux qu'il voyait en danger, il leur envoyait des renforts. Les nôtres, dès qu'ils furent sur le sec, s'étant tous réunis, fondirent sur les ennemis et les mirent en fuite ; mais ils ne purent les pooursuivre plus loin, parce que la cavalerie n'avait pu tenir le cap et atteindre l'île. Cela seul fit défaut à l'antique fortune de César.

,

§ 23 :

§ 24 :

L'adjectif verbal et le gérondif d'obligation et/ou de but :

Revoir la construction du gérondif d'obligation (mihi est legendum) et de l'adjectif verbal (mihi est colenda uirtus).

§ 25 :


Un navire de commerce

Un navire de guerre

§ 26

Commentaire : un débarquement qui aurait pu tourner au désastre :

==> César n'est que le premier à connaître un tel échec : Napoléon, puis Hitler échoueront de même. Seuls les Normands, au IXème siècle, parviendront à s'emparer de l'Angleterre. Mais c'est un peuple de marins...

César finira cependant par débarquer ; mais après une brève soumission, les Bretons reprendront le combat, et les Romains finiront par repartir.

La reddition de Vercingétorix (Livre VII, § 89)

1) Le lendemain Vercingétorix convoque l'assemblée, et dit : "Qu'il n'a pas entrepris cette guerre pour ses intérêts personnels, mais pour la défense de la liberté commune ; (2) que, puisqu'il fallait céder à la fortune, il s'offrait à ses compatriotes, leur laissant le choix d'apaiser les Romains par sa mort ou de le livrer vivant." On envoie à ce sujet des députés à César. (3) Il ordonne qu'on lui apporte les armes, qu'on lui amène les chefs. (4)  Assis sur son tribunal, à la tête de son camp, il fait paraître devant lui les généraux ennemis. Vercingétorix est mis en son pouvoir ; les armes sont jetées à ses pieds. (5) À l'exception des Héduens et des Arvernes, dont il voulait se servir pour tâcher de regagner ces peuples, le reste des prisonniers fut distribué par tête à chaque soldat, à titre de butin.

Commentaire

César arrive au terme de sa longue conquête de la Gaule : Vercingétorix vaincu, plus rien ne s'oppose à ce que les peuples Gaulois tombent au pouvoir de Rome, et que le pays ne devienne une province.

Cependant, cette scène, qui deviendra par la suite une véritable image d'Épinal, est ici décrite avec une étonnante sobriété, surtout si on compare le récit de César (à la fois témoin direct et protagoniste de l'action) à celui que Plutarque, presque deux siècles plus tard, écrira sur le même sujet.

Vercingétorix face aux siens

Dans une première partie, nous voyons et entendons le jeune chef, dans un discours évidemment reconstitué – César n'a pas assisté à la scène ! – dans la grande tradition des historiens antiques. Vercingétorix fait preuve ici d'une grande dignité, se sacrifiant pour "apaiser les Romains", et laissant l'assemblée décider de son sort.

La seconde scène précipite l'action, et César reprend la main : "il ordonne", "il fait paraître"... La cérémonie est ici réduite à sa plus simple expression : "Vercingétorix est mis en son pouvoir ; les armes sont jetées à ses pieds" ; aucune mention d'un cheval, comme chez Plutarque et ses successeurs, et le geste semble désincarné, sans réel sujet. Quant aux combattants, ils subissent le sort habituellement dévolu aux prisonniers de guerre : ils deviennent esclaves de leurs vainqueurs.

L'ensemble est bref, objectif, sans émotion perceptible : on dirait un compte-rendu officiel.