SOCRATE ET PLATON : biographies.

Socrate

Platon

Les événements.

Platon naît en en 428, un an après la mort de Périclès. Athènes est en proie à la guerre de dix ans contre Sparte. De 432 à 421, c’est la guerre, avec ses massacres (prise de Mitylène, 427 ; prise de Platée, affaire de Sphactérie (425) où 300 Spartiates sont pris etc.

L’Art et la littérature.

L’art.

Phidias vient de mourir (431) ; au IVème siècle, une évolution se produit. Athènes perd l’hégémonie artistique : temple d’Artémis à Ephèse, etc. L’art se fait plus personnel, s’adresse à l’individu, exprime les sentiments et les émotions de l’homme privé ; de là par exemple la place prise par le portrait. Cf. Praxitèle, Lysippe de Sicyone, portraitiste d’Alexandre ; de même chez les peintres. (Protogène de Caunos, ou Apelle de Colophon, favori d’Alexandre). On va vers l’époque hellénistique.

La littérature : c'est la grande "période attique" (cf. chronologie)

Socrate (470-399)

Fils d’un statuaire et d’une sage-femme, Socrate se consacre à la philosophie. Négligeant les spéculations métaphysique, il veut faire l’éducation morale de ses concitoyens. Il inventa la maïeutique et l’ironie socratique. Mais le fait qu’il ait attaqué les Sophistes, qu’il méprisât la démocratie (au point de laisser faire les Trente : voir le Procès) et que ses disciples comptent parmi les pires ennemis de la démocratie (Alcibiade, Critias, Charmide, Xénophon…) le firent condamner à mort sous des chefs d’accusation d’ailleurs assez peu valables : « introduire de nouveaux dieux » (le δαίμων), « ne pas honorer les dieux de la cité » et « corrompre la jeunesse ». En réalité, condamnation politique… assez méritée, même si la sanction est excessive.

Platon (428-347).