Lucien de Samosate
Anacharsis, ou les exercices du corps

Anacharsis en écolier médiéval dans les Chroniques de Nuremberg © wikimedia commons (domaine public)

Ce dialogue met en scène le Scythe Anacharsis, et le grand réformateur athénien Solon. Anacharsis est un philosophe d’origine « barbare » puisque venu en Grèce du peuple des Scythes au nord de la mer Noire au début du VIᵉ siècle av. J.-C. Il est parfois rangé parmi les Sept sages.

Solon explique l'éducation des jeunes Athéniens (§ 20)

Πόλιν γὰρ ἡμεῖς οὐ τὰ οἰκοδομήματα ἡγούμεθα εἶναι, οἷον τείχη καὶ ἱερὰ καὶ νεωσοίκους, ἀλλὰ ταῦτα μὲν ὥσπερ σῶμά τι ἑδραῖον καὶ ἀκίνητον ὑπάρχειν εἰς ὑποδοχὴν καὶ ἀσφάλειαν τῶν πολιτευομένων, τὸ δὲ πᾶν κῦρος ἐν τοῖς πολίταις τιθέμεθα· τούτους γὰρ εἶναι τοὺς ἀναπληροῦντας καὶ διατάττοντας καὶ ἐπιτελοῦντας ἕκαστα καὶ φυλάττοντας, οἷόν τι ἐν ἡμῖν ἑκάστῳ ἐστὶν ἡ ψυχή. Τοῦτο δὴ τοίνυν κατανοήσαντες ἐπιμελούμεθα μέν, ὡς ὁρᾷς, καὶ τοῦ σώματος τῆς πόλεως, κατακοσμοῦντες αὐτὸ ὡς κάλλιστον ἡμῖν εἴη, ἔνδοθέν τε οἰκοδομήμασιν κατεσκευασμένον καὶ ταῖς ἔκτοσθεν ταύταις περιβολαῖς εἰς τὸ ἀσφαλέστατον πεφραγμένον. Μάλιστα δὲ καὶ ἐξ ἅπαντος τοῦτο προνοοῦμεν, ὅπως οἱ πολῖται ἀγαθοὶ μὲν τὰς ψυχάς, ἰσχυροὶ δὲ τὰ σώματα γίγνοιντο· τοὺς γὰρ τοιούτους σφίσι τε αὐτοῖς καλῶς χρήσεσθαι ἐν εἰρήνῃ συμπολιτευομένους καὶ ἐκ πολέμου σώσειν τὴν πόλιν καὶ ἐλευθέραν καὶ εὐδαίμονα διαφυλάξειν. Τὴν μὲν δὴ πρώτην ἀνατροφὴν αὐτῶν μητράσι καὶ τίτθαις καὶ παιδαγωγοῖς ἐπιτρέπομεν ὑπὸ παιδείαις ἐλευθερίοις ἄγειν τε καὶ τρέφειν αὐτούς, ἐπειδὰν δὲ συνετοὶ ἤδη γίγνωνται τῶν καλῶς ἐχόντων, καὶ αἰδὼς καὶ ἐρύθημα καὶ φόβος καὶ ἐπιθυμία τῶν ἀρίστων ἀναφύηται αὐτοῖς, καὶ αὐτὰ ἤδη τὰ σώματα ἀξιόχρεα δοκῇ πρὸς τοὺς πόνους παγιώτερα γιγνόμενα καὶ πρὸς τὸ ἰσχυρότερον συνιστάμενα, τηνικαῦτα ἤδη παραλαβόντες αὐτοὺς διδάσκομεν, ἄλλα μὲν τῆς ψυχῆς μαθήματα καὶ γυμνάσια προτιθέντες, ἄλλως δὲ πρὸς τοὺς πόνους καὶ τὰ σώματα ἐθίζοντες. Οὐ γὰρ ἱκανὸν ἡμῖν ἔδοξε τὸ μόνον φῦναι ὡς ἔφυ ἕκαστος ἤτοι κατὰ τὸ σῶμα ἢ κατὰ τὴν ψυχήν, ἀλλὰ καὶ παιδεύσεως καὶ μαθημάτων ἐπ´ αὐτοὺς δεόμεθα, ὑφ´ ὧν τά τε εὐφυῶς διακείμενα βελτίω παρὰ πολὺ γίγνοιτο ἂν καὶ τὰ φαύλως ἔχοντα μετακοσμοῖτο πρὸς τὸ βέλτιον. Καὶ τὸ παράδειγμα ἡμῖν παρὰ τῶν γεωργῶν, οἳ τὰ φυτὰ μέχρι μὲν πρόσγεια καὶ νήπιά ἐστι, σκέπουσιν καὶ περιφράττουσιν ὡς μὴ βλάπτοιντο ὑπὸ τῶν πνευμάτων, ἐπειδὰν δὲ ἤδη παχύνηται τὸ ἔρνος, τηνικαῦτα περιτέμνουσίν τε τὰ περιττὰ καὶ παραδιδόντες αὐτὰ τοῖς ἀνέμοις δονεῖν καὶ διασαλεύειν καρπιμώτερα ἐξεργάζονται. Nous considérons que ce ne sont pas les monuments qui sont la ville, comme les murs, les temples ou les arsenaux, mais que ces choses-là, comme un corps, offrent un abri sûr pour la protection et la sûreté des citoyens, mais c'est dans les citoyens que nous plaçons toute sa puissance. Ce sont eux qui la peuplent, la disposent, mènent à bien tous les travaux et la gardent, comme l'âme en chacun de nous. C'est dans cette perspective que nous prenons soin, comme tu vois, à la fois du corps de la cité, en l'ornant afin qu'il soit pour nous le plus beau, en le parant d'édifices à l'intérieur, et en l'ayant entouré à l'extérieur de ces remparts pour sa plus grande sécurité. Mais nous veillons surtout et par tous les moyens à ce que les citoyens acquièrent une âme bonne, et un corps robuste ; en effet de tels hommes, participant ensemble à la vie publique, en useront bien les uns envers les autres dans la paix, sauveront la cité de la guerre et la garderont libre et heureuse. Leur première éducation, nous la confions aux mères, aux nourrices et aux pédagogues, pour qu'ils les mènent et les éduquent par des leçons dignes d'hommes libres ; mais quand ils ont acquis l'intelligence du bien, et que le respect, la rougeur, la crainte et le désir des choses les plus nobles se développe en eux, et que désormais leurs corps eux-mêmes, devenus plus solide semblent aptes aux épreuves, et sont formés pour la force, alors nous les prenons en charges et nous les éduquons, d'une part en prescrivant des connaissances et des exercices de l'âme, d'autre part en habituant leur corps aux peines. Il ne nous a pas semblé suffisant que chacun demeure seulement comme il est né, physiquement et mentalement, mais nous demandons pour eux éducation et connaissances, grâce auxquelles les bonnes dispositions naturelles puissent grandement s'améliorer, et les mauvaises s'amender.