Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques

Apollonios de Rhodes, en grec πολλώνιος (Alexandrie, 295-215 av. J.-C.), est un poète et grammairien grec. Disciple de Callimaque de Cyrène, il compose une longue épopée, les Argonautiques, qui s'éloigne des enseignements de son maître et vise à se rapprocher de la simplicité homérique. Rejeté par Callimaque, il s'exile à Rhodes où il fonde une école de rhétorique. En même temps, il retravaille son poème. Rentré à Alexandrie, il connaît le succès et Ptolémée III Évergète le nomme directeur de la bibliothèque d'Alexandrie, en succession d'Ératosthène.

Les Argonautiques étaient très appréciées des Romains, et ont été une source d'inspiration notamment pour Valerius Flaccus dans la composition de ses propres Argonautiques. (Article « Apollonios de Rhodes » de l’Encyclopédie Wikipédia).

Livre I

Vers 605-701 : Escale à l’île de Lemnos

Les Argonautes font escale sur l’île de Lemnos, où, un an auparavant, les Lemniennes, jalouses des prisonnières que leurs maris avaient ramenés de Thrace, avaient assassiné toute la population mâle…

605

 

 

 

 

610

 

 

 

 

615

 

 

 

 

620

 

 

 

 

625

 

 

 

 

630

 

 

 

 

635

 

 

 

 

640

 

 

 

 

645

 

 

 

 

650

 

 

 

 

655

 

 

 

 

660

 

 

 

 

665

 

 

 

 

670

 

 

 

 

675

 

 

 

 

680

 

 

 

 

685

 

 

 

 

690

 

 

 

 

695

 

 

 

 

700

Τοσιν δ' ατμαρ μν εν κα π κνφας ορος

πγχυ μλ' κρας, τετνυστο δ λαφεα νης.

Ατρ μ' ελοιο βολας νμοιο λιπντος

ερεσίῃ κραναν Σιντηδα Λμνον κοντο.

νθ' μυδις πς δμος περβασίῃσι γυναικν

νηλεις δδμητο παροιχομν λυκβαντι.

Δ γρ κουριδας μν πηνναντο γυνακας

νρες χθραντες, χον δ' π ληιδεσσιν

τρηχν ρον, ς ατο γνεον ντιπρηθεν

Θρηικην δοντες· πε χλος ανς παζεν

Κπριδος, ονεκ μιν γερων π δηρν τισσαν.

μλεαι, ζλοι τ' πισμυγερς κρητοι.

Οκ οον σν τσιν ος ρραισαν κοτας

μφ' εν, πν δ' ρσεν μο γνος, ς κεν πσσω

μτινα λευγαλοιο φνου τσειαν μοιβν.

Οη δ' κ πασων γεραρο περιφεσατο πατρς

ψιπλεια Θαντος, δ κατ δμον νασσεν·

λρνακι δ' ν κολ μιν περθ' λς κε φρεσθαι,

α κε φγ. Κα τν μν ς Ονοην ρσαντο

πρσθεν, τρ Σκινν γε μεθστερον αδηθεσαν

νσον, πακτρες, Σικνου πο, τν α Θαντι

νηις Ονοη νμφη τκεν ενηθεσα.

Τσι δ βουκλια τε βον χλκει τε δνειν

τεχεα, πυροφρους τε διατμξασθαι ρορας

ητερον πσσιν θηναης πλεν ργων,

ος αε τ προιθεν μλεον. λλ γρ μπης

θαμ δ ππταινον π πλατν μμασι πντον

δεματι λευγαλέῳ, πτε Θρικες ασιν.

Τ κα τ' γγθι νσου ρεσσομνην δον ργ,

ατκα πασσυδίῃ πυλων κτοσθε Μυρνης

δια τεχεα δσαι ς αγιαλν προχοντο,

Θυισιν μοβροις κελαι: φν γρ που κνειν

Θρικας· δ' μα τσι Θοαντις ψιπλεια

δν' ν τεχεσι πατρς. μηχανίῃ δ' χοντο

φθογγοι· τοῖόν σφιν π δος ωρετο.

Τεως δ' ατ' κ νης ριστες προηκαν

Αθαλδην κρυκα θον, τπρ τε μλεσθαι

γγελας κα σκπτρον πτρεπον ρμεαο,

σφωιτροιο τοκος, ο μνστιν πρε πντων

φθιτον· οδ' τι νν περ ποιχομνου χροντος

δνας προφτους ψυχν πιδδρομε λθη·

λλ' γ' μπεδον αἰὲν μειβομνη μεμρηται,

λλοθ' ποχθονοις ναρθμιος, λλοτ' ς αγς

ελου ζωοσι μετ' νδρσιν. λλ τ μθους

Αθαλδεω χρει με διηνεκως γορεειν;

ς α τθ' ψιπλην μειλξατο δχθαι ἰόντας

ματος νομνοιο δι κνφας· οδ μν ο

πεσματα νης λυσαν π πνοι βοραο.

Λημνιδες δ γυνακες ν πτλιν ζον οσαι

ες γορν· ατ γρ πφραδεν ψιπλεια.

Κα ' τε δ μλα πσαι μιλαδν γερθοντο,

ατκ' ρ' γ' ν τσιν ποτρνουσ' γρευεν·

«  Ὠ φιλαι, ε δ' γε δ μενοεικα δρα πρωμεν

νδρσιν, οἷά τ' οικεν γειν π νης χοντας,

ια, κα μθυ λαρν, ν' μπεδον κτοθι πργων

μμνοιεν, μηδ' μμε κατ χρει μεθποντες

τρεκως γνωσι, κακ δ' π πολλν κηται

βξις· πε μγα ργον ρξαμεν, οδ τι πμπαν

θυμηδς κα τοσι τγ' σσεται, ε κε δαεεν.

μετρη μν νν τοη παρεννοθε μτις·

μων δ' ε τις ρειον πος μητσεται λλη,

γρσθω· το γρ τε κα ενεκα δερ' κλεσσα. »

ς ρ' φη, κα θκον φζανε πατρς οο

λινον· ατρ πειτα φλη τροφς ρτο Πολυξ,

γραι δ ικνοσιν πισκζουσα πδεσσιν,

βκτρ ρειδομνη, περ δ μεναιν' γορεσαι.

Τ κα παρθενικα πσυρες σχεδν δριωντο

δμτες λευκσιν πιχνοάουσαι θεραις.

Στ δ' ρ' ν μσσ γορ, ν δ' σχεθε δειρν

κα μλις κυφοο μεταφρνου, δ τ' ειπεν·

« Δρα μν, ς ατ περ φανδνει ψιπυλείῃ,

πμπωμεν ξενοισιν, πε κα ρειον πσσαι.

μμι γε μν τς μτις παρεσθαι βιτοιο,

α κεν πιβρσ Θριξ στρατς, ἠέ τις λλος

δυσμενων, τε πολλ μετ' νθρποισι πλονται;

ς κα νν δ' μιλος νωστως φικνει.

Ε δ τ μν μακρων τις ποτρποι, λλα δ' πσσω

μυρα δηιοττος πρτερα πματα μμνει,

ετ' ν δ γεραρα μν ποφθινθωσι γυνακες,

κουρτεραι δ' γονοι στυγερν ποτ γρας κησθε.

Πς τμος βσεσθε δυσμμοροι; ε βαθεαις

ατματοι βες μμιν νιζευχθντες ροραις

γειοτμον νειοο διειρσσουσιν ροτρον,

κα πρκα τελλομνου τεος στχυν μσονται;

μν γν, ε κα με τ νν τι πεφρκασιν

Κρες, περχμενν που ὀίομαι ες τος δη

γααν φσσεσθαι, κτερων π μοραν λοσαν

ατως, θμις στ, προς κακτητα πελσσαι.

πλοτρσι δ πγχυ τδε φρζεσθαι νωγα.

Νν γρ δ παρ ποσσν πβολς στ' λεωρ,

ε κεν πιτρψητε δμους κα ληδα πσαν

μετρην ξενοισι κα γλαν στυ μλεσθαι. »

ς φατ'· ν δ' γορ πλτο θρου. Εαδε γρ σφιν

μθος. τρ μετ τνγε παρασχεδν ατις νρτο

ψιπλη, κα τοον ποβλδην πος ηδα·

« Ε μν δ πσσιν φανδνει δε μενοιν,

δη κεν μετ να κα γγελον τρναιμι. »

 

αὐτῆμαρ : le même jour

τὸ κνέφας : obscurité, crépuscule

ἀκραής, ής, ές : qui souffle fort

τετάνυστο : plus que parfait moyen sans augment de τανύω, tendre, déployer

τὸ λαῖφος, ους : voile de vaisseau (trag.)

εἰρεσία : mouvement des rames

κραναός, ή, όν : rocailleux

νηλειῶς : sans pitié

ὁ λυκάβας, αντος : année (dans l’Odyssée et chez Ap. de Rhodes)

κουρίδιος, α, ον : époux (-se) légitime

ἐπισμυγερῶς : lamentablement

ἀκόρητος, ος, ον : insatiable

ἑός, ἑή, ἑόν : possessif 3ème p. Épique

ῥαίω, ἔρραισα : briser, détruire

λευγαλέος, α, ον : pitoyable, funeste

ἡ ἀμοιβή, ῆς : ce qu’on donne en échange ; ici, expiation

περιφείδομαι : épargner soigneusement

ἐρύομαι : tirer à soi

ὁ ἐπακτήρ, ῆρος : chasseur, pêcheur

διατμήγω ἀρούρας : labourer les champs

ῥηίτερος, α, ον : comparatif épique de ῥάδιος, facile

πέλεν : imparfait épique, 3ème sing. de πέλω, être ordinairement

ἔμπης = ἔμπας : toutefois

θαμά : souvent

παπταίνω: regarder avec inquiétude

τῶ = τοῦ (dorien)

ἐρρέσσομαι : être poussé à force de rames (cf. plus haut, εἰρεσία)

πασσυδίῃ = πανσυδίᾳ : en toute hâte

ἔκτοσθε : au-dehors

δήιος, α, ον : meurtrier, hostile

ᾐωρεόμην-ούμην, imparfait de αἰωρέω-ῶ : être suspendu

 

 

ἀπρόφατος, ος, ον : imprévu, non prédit, terrible

 

 

 

 

 

 

 

 

μεμόρηται : parfait de μείρομαι, obtenir en partage

 

 

 

 

μειλίξατο : aoriste 3ème sing. poétique de μειλισσω, adoucir, se rendre favorable

τὸ πεῖσμα, ματος : câble, amarre

 

 

 

 

ἐποτρύνω : lancer un message pressant, exhorter

 

τὰ ἤια, ων : les vivres

λαρός, ός, όν : délicieux

ἀτρεκέως = ἀτρεκῶς : sincèrement, vraiment, exactement

ἡ βάξις, εως : rumeur

 

ὅγε, ἥγε, τόγε : celui-ci, celle-ci…

δαεῖεν < δάω : apprendre (opt. 3ème pl. épique)

παρενήνοθε : 3ème sing. dun verbe inusité : « pénétra dans » (hapax)

 

 

 

 

πίσυρες = τέτταρες (éolien, épique)

ἑδριάομαι-ῶμαι : être assis

ἡ ἔθειρα, ας : chevelure

ἐπιχνοάω-ῶ : être couvert de cheveux

ἦκα : légèrement

ἡ δειρή, ῆς : le cou

τὸ μετάφρενον, ου : partie supérieure du dos entre les épaules

 

 

 

 

 

 

 

ἀποφθινύθω: se consumer, périr

 

 

 

διερύω :tirer qqch. à travers

ἡ νειός, οῦ : jachère

πρόκα : tout à coup

ὁ στάχυς, υος : épi de blé

ἀμάω-ῶ : moissonner

Tout le jour et jusqu’au crépuscule le bon vent souffla très fort dans les voiles déployées de la nef. Mais, avec les derniers rayons du soleil, le vent tomba et c’est à la rame qu’ils arrivèrent dans la rocailleuse Lemnos des Sintiens. C’est là que toute la population mâle à la fois, par le criminel forfait des femmes, avait été massacrée sans pitié l’année précédente. Les hommes, en effet, avaient répudié leurs femmes légitimes qu’ils avaient prises en haine ; au contraire, ils éprouvaient un violent amour pour les captives qu’ils ramenaient eux-mêmes de leurs pillages en Thrace, sur la côte opposée : c’est la terrible colère de Cypris qui les poursuivait, parce qu’ils ne l’avaient pas honorée d’offrandes depuis longtemps. Ô malheureuses, tristes victimes d’une insatiable jalousie1 ! Non contentes de tuer avec ces captives leurs maris dans leur lit, elles détruisirent en même temps tout le sexe mâle pour n’être pas châtiées plus tard de leur crime atroce. Seule entre toutes, elle épargna son vieux père, Hypsipile, fille de Thoas qui régnait sur le pays : au creux d’un coffre, elle l’abandonna sur la mer, à la dérive, pour lui laisser une chance de salut ; des pêcheurs le ramenèrent sur l’île appelée autrefois Oinoié et plus tard Sikinos, d’après ce Sikinos que la Naïade Oinoié enfanta de son union avec Thoas2. Quant aux Lemniennes, élever des troupeaux de bœufs, revêtir les armes de bronze, labourer les champs de blé leur semblait à toutes plus facile que les travaux d’Athéna qui seuls les occupaient jusqu’alors. Cependant, bien souvent, les yeux fixés sur la vaste mer, elles se demandaient avec une peur affreuse quand les Thraces viendraient. (633) Aussi, quand elles virent Argô s’approcher de l’île à force de rames, sur le champ, toutes ensembles, elles sortirent des portes de Myrina, revêtues de leurs armes de guerre, et accouraient sur le rivage, pareilles à des Thyades3 mangeuses de chair crue : elles se disaient que c’étaient sans doute les Thraces qui arrivaient. Avec elles était la fille de Thoas, Hypsipyle, revêtue des armes de son père. Dans leur incertitude, elles couraient, muettes, si grande était la crainte suspendue sur elles. (640) Cependant, du navire, les héros envoyèrent Aithalidès, le messager rapide à qui ils confiaient le soin des ambassades et le sceptre d’Hermès, son père, qui lui avait donné en tout une mémoire inaltérable. Même maintenant qu’il s’en est allé vers les tourbillons invisibles4 de l’Achéron, l’oubli n’a pu envahir son âme ; bien au contraire, suivant l’alternance immuable fixée par le destin, tantôt elle compte au nombre de ceux qui habitent sous terre, tantôt elle revient à la clarté du soleil parmi les vivants. Mais qu’ai-je besoin de conter en détail la légende d’Aithalidès ? (650) C’est lui, en tous cas, qui persuada Hypsipyle d’accueillir les voyageurs, le jour finissant, pendant la nuit. Mais, à l’aube, ils ne détachèrent pas les amarres de la nef à cause du Borée qui soufflait5. Les femmes de Lemnos s’en venaient par la ville siéger en assemblée, car c’était l’ordre d’Hypsipyle en personne. Dès que toutes, en foule furent réunies, aussitôt elle tint au milieu d’elles ce discours pour les exhorter :

(657)  « Mes amies, hâtons-nous d’envoyer à ces hommes les agréables présents qu’il convient d’emporter avec soi sur un navire, des vivres et du vin délicieux, pour qu’ils restent toujours hors de nos murs. Évitons que, forcés de venir chez nous, ils n’apprennent toute la vérité et qu’une fâcheuse rumeur se répande au loin, car nous avons accompli un acte grave ; à eux non plus notre conduite ne serait nullement agréable, s’ils la connaissaient. Telle est l’idée qui nous est venue maintenant ; mais si parmi vous une autre a dans l’esprit un avis meilleur, qu’elle se lève ; c’est aussi pour cela que je vous ai convoquées ici. » (667) Elle dit et s’assit sur le siège de pierre de son père. Après elle sa nourrice, Polyxô6 se leva : elle chancelait sur ses pieds décharnés par la vieillesse et s’appuyait sur un bâton, mais elle désirait vivement parler ; près d’elle quatre vierges étaient assises, ignorant le mariage malgré les cheveux blancs qui les couvraient. Elle se leva au milieu de l’assemblée, le cou à grand-peine dressé entre ses épaules voûtées, et parla ainsi : (675) « Les présents, comme le veut notre reine Hypsipyle, envoyons-les aux étrangers, puisqu’il convient de les leur donner. Mais vous, comment pensez-vous assurer votre sauvegarde en cas d’attaque d’une armée thrace ou d’un autre ennemi ? De telles incursions sont fréquentes parmi les hommes : ainsi, aujourd’hui même, cette troupe est arrivée à l’improviste. Et, si quelqu’un des dieux bienheureux détourne ce malheur, à l’avenir bien d’autres, plus grands que la guerre, vous attendent. Quand les vieilles femmes auront péri, quand vous, les jeunes, aurez atteint sans enfants la vieillesse odieuse, comment subsisterez-vous alors, malheureuses ? Est-ce que d’eux-mêmes, dans les champs aux sillons profonds, les bœufs attelés ensemble tireront pour vous à travers la jachère la charrue qui fend le sol et, sitôt l’année révolue, moissonneront-ils le blé ? Pour moi, même si les Kères m’ont eue jusqu’ici en horreur, je pense qu’avant l’année prochaine sans doute la terre m’aura recouverte ; j’aurai reçu ma part d’honneurs funèbres, comme il convient, avant d’avoir vu s’approcher cette calamité. Mais aux jeunes je conseille d’y bien réfléchir, car maintenant un remède efficace est à votre portée : c’est de confier aux étrangers vos maisons, tous vos biens, et le gouvernement de notre illustre ville. » (697) Elle parla ainsi et des acclamations emplirent l’assemblée, car elles approuvaient ce discours. Après elle, aussitôt, Hypsipyle se leva de nouveau et répondit en ces termes : « Puisque vous êtes toutes de cet avis, je vais à l’instant même envoyer au navire une messagère. »

(traduction É.Delage, Belles-Lettres, 2002).

 

1.      Mot à mot : ô malheureuses, lamentablement insatiables de jalousie !

2.      Phrase complexe : Κα τν μν ς Ονοην ρσαντο / πρσθεν, τρ Σκινν γε μεθστερον αδηθεσαν / νσον, πακτρες, Σικνου πο, [τν α Θαντι / νηις Ονοη νμφη τκεν ενηθεσα]. Le sujet de la principale est πακτρες, le verbe ρσαντο, le COD τν μν, qui reprend Thoas. Tout le groupe en vert est le complément de lieu, développant « ς… νσον ». L’île  fut appelée d’abord Oinoié (Ονοην πρσθεν αδηθεσαν) – du nom de la Naïade), et plus tard Sicinos (τρ Σκινν γε μεθστερον αδηθεσαν), du nom de son fils (Σικνου πο). La relative est plus simple : τν relatif COD, νηις Ονοη νμφη sujet, Θαντι ενηθεσα, participe apposé au sujet, avec un COI (Θαντι), et le verbe τκεν. L’ordre des mots met en valeur à la fois les pêcheurs, et l’histoire de Sicinos, qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire d’Hypsipyle, et encore moins à celle de Jason, mais qui permet une parenthèse érudite à Apollonios. Notos qu’Oinoié signifie « la vineuse », et que Thoas était fils de Dionysos

3.      Il s’agit des Ménades. Voir le culte de Dionysos.

4.      Ἀχέροντος δίνας ἀπροφάτους : Émile Delage traduit « les tourbillons invisibles » ; il vaudrait mieux « les tourbillons terribles » ou « les tourbillons imprévus » - ce qui signifierait qu’Aithalidès est mort brutalement.

5.      Le Borée est un vent du Nord ; or les Argonautes ont besoin d’un vent de sud, ou d’ouest.

6.      Polyxô, une vieille dame assez terrifiante, qui, selon certaines versions de la légende, serait l’instigatrice du massacre commis par les Lemniennes… Le portrait qui en est dressé est hyperréaliste – une tendance de l’art hellénistique.